20 Minutes : Actualités et infos en direct
FEUDes analyses rassurantes après l’incendie de Bolloré Logistics à Rouen

Incendie de Bolloré Logistics à Rouen : Des analyses rassurantes dans l’Eure, indique la préfecture

FEU« Les valeurs mesurées sur l’ensemble des substances recherchées se sont avérées nulles »
Des entrepôts de Bolloré Logistics ont pris feu lundi à proximité de Rouen.
Des entrepôts de Bolloré Logistics ont pris feu lundi à proximité de Rouen. - AFP / SDIS76
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

La préfecture de l’Eure a annoncé mercredi soir que des analyses effectuées « par précaution » dans le département à la suite de l’incendie déclenché lundi sur le site de Bolloré Logistics à Grand-Couronne, en Seine-Maritime, « se sont avérées nulles ».

« Les valeurs mesurées sur l’ensemble des substances recherchées se sont avérées nulles », indique la préfecture dans un communiqué, en précisant les substances recherchées : « des contrôles et des mesures d’acide fluorhydrique, de monoxyde d’azote, d’acide chlorhydrique et d’acide cyanhydrique ont été effectués, par précaution, dans l’Eure, (…) sur les communes de Pont-de-l’Arche, d’Alizay, de Gaillon et de Grand-Bourgtheroulde ».

Des prélèvements effectués

« Par ailleurs, si les concentrations de poussières ou particules mesurées par les stations fixes d’Atmo Normandie montrent une augmentation ponctuelle liée à l’incendie sur la commune de Poses, les valeurs sont restées largement inférieures aux seuils d’information et d’alerte des populations », selon le communiqué. De même, « les échanges avec le Samu ne rapportent pas non plus d’activité particulière dans l’Eure en lien avec cet évènement », souligne la préfecture.

« Dans un souci de complétude et de transparence, un plan de prélèvements et de surveillance a été établi : à Pont-de-l’Arche, Alizay et Criquebeuf-sur-Seine, des prélèvements de surface ont été effectués aujourd’hui (mercredi). Le préfet de l’Eure rendra naturellement publics les résultats de ces tests », conclut le communiqué.

Le traumatisme de Lubrizol

Maîtrisé mardi soir, l’incendie, qui n’a pas fait de victime sur le site de Bolloré Logistics à Grand-Couronne, a notamment touché un entrepôt où étaient stockées 12.000 batteries automobiles au lithium, sur un site industriel non classé Seveso.

Il a suscité des inquiétudes sur d’éventuels risques pour la santé ou l’environnement, notamment auprès d’une population encore traumatisée par le précédent de l’usine Lubrizol en septembre 2019, quand 10.000 tonnes de produits chimiques étaient parties en fumée dans un grave incendie survenu dans le même secteur.

Sujets liés