Marseille : Quand la préfète de police se fait voler son sac à Paris

ENQuÊTE Attrapé quelque temps plus tard, le voleur, qui s’est dit Israélien, s’était déjà fait remarquer sur des caméras de surveillance lors d’un séminaire de l’Otan à Paris au cours duquel il avait dérobé l’ordinateur d’une militaire allemande

A.V.
— 
Frédérique Camilleri, la préfète de police de Marseille.
Frédérique Camilleri, la préfète de police de Marseille. — ' Gerard Bottino / SOPA Images

Authentique barbouzerie ou affaire de droit commun ? Selon le Canard enchaîné et le site d'actualité policière Actu17, Frédérique Camilleri, préfète de police de Marseille, s’est fait dérober son sac au cours de sa pause déjeuner lors d’un déplacement à Paris effectué en fin d’été. Problème, celui-ci aurait contenu un de ses téléphones professionnels, qu’on imagine volontiers farci de données sensibles. Une « fake news », assure à 20 Minutes la préfecture de police, qui précise que si la préfète s'est bien fait voler son sac, par ruse et dans le cadre d'un déplacement personnel, celui-ci ne renfermait strictement que des effets personnels.

Le voleur a été identifié et lors de la perquisition de son domicile le 16 novembre dernier, les policiers mettaient la main sur tout un tas d’affaires : sacs de luxe, instrument de musique de luxe et autres objets bien chers et de bonne facture. Un assemblage hétéroclite de nature à cacher son activité d’espion ? L’hebdomadaire pose la question étant donné qu’au début de l’été cette fois-ci, l’individu s’était déjà fait remarquer sur des caméras de surveillances lors d’un séminaire de l’Otan à Paris au cours duquel il avait subtilisé l’ordinateur d’une militaire allemande.