Nice : Le suspect du double meurtre de sans-abri reconnaît avoir eu une « vive altercation » avec eux

ENQUÊTE Interpellé dimanche, cet Iranien s’est exprimé pendant sa garde à vue qui a été prolongée. Le parquet de Nice annonce l’ouverture, mardi, d’une information judiciaire pour « homicides volontaires »

F.B.
— 
Un commissariat de police (Illustration)
Un commissariat de police (Illustration) — C. Follain / 20 Minutes
  • Le 30 novembre, les corps de deux sans-abri ont été retrouvés à Colomars, dans les Alpes-Maritimes.
  • Le suspect a été interpellé dimanche, dans le centre-ville de Nice.
  • En garde à vue, il a reconnu avoir eu « une vive altercation » avec les deux hommes, mais « nie avoir eu l’intention de les tuer ».

Il reconnaît avoir eu « une vive altercation » avec les deux hommes, mais « nie avoir eu l’intention de les tuer ». Interpellé dimanche, le suspect du double meurtre de sans-abri, dont les corps avaient été retrouvés le 30 novembre à Colomars (Alpes-Maritimes), s’est exprimé en garde à vue, indique le parquet de Nice, qui annonce l’ouverture, mardi, d’une information judiciaire pour « homicides volontaires ».

Cet homme d’origine iranienne et détenteur d’un permis de séjour, neutralisé dans le centre-ville de Nice alors qu’il menaçait avec des armes blanches les policiers venus l’interpeller, a dû être hospitalisé avant de pouvoir répondre aux questions des enquêteurs. Face à eux, il a défendu la thèse d’une rixe qui aurait très mal tourné, expliquant que l’un des deux SDF « l’avait préalablement blessé avec une barre en fer ».

Blessures à l’arme blanche et traumatisme crânien

En fin d’après-midi, le 30 novembre, les corps des deux victimes étaient découverts dans un quartier isolé de cette commune limitrophe de Nice, gisant au sol à une dizaine de mètres de l’habitation qu’ils occupaient, sans droit ni titre, rappelle le parquet dans un communiqué diffusé ce lundi.

Des traces de blessures par arme blanche étaient constatées. L’un des deux hommes présentait, en plus, un important traumatisme crânien. Les autopsies, programmées d’ici à mardi soir, devraient permettre d’en savoir davantage sur le déroulé des faits.

En attendant, la garde à vue du suspect a été prolongée ce lundi, indique le parquet. Il précise par ailleurs que le casier judiciaire de ce dernier ne porte trace « d’aucune condamnation ».