Marseille : La Cour des comptes épingle le train de vie des élus CGT du port

DERIVES L’instance de contrôle a remis son rapport sur la période 2014-2019 et pointe de nombreuses dérives dans l’utilisation des moyens à disposition du Conseil économique et social

A.V.
La Cour des comptes a épinglé le train de vie de pacha des élus CGT du port de Marseille
La Cour des comptes a épinglé le train de vie de pacha des élus CGT du port de Marseille — Alexandre Vella

Le Canard enchaîné s’est plongé dans le rapport de la Cour des comptes auscultant pour la période 2014-2019 la gestion du Conseil économique et social du Grand port maritime de Marseille (GPMM) qui relève de nombreuses dérives au profit de ses élus CGT.



Et visiblement, l’instance de contrôle a trouvé de nombreux dysfonctionnements dans l’usage des fonds du CSE, dirigé par la CGT, le syndicat majoritaire du port. Le rapport fait état de commandes de matériels livrées directement au domicile des élus et restés souvent introuvables dans les locaux. Parmi ces objets : du matériel de téléphonie, de jardinage, du champagne et même un stylo de luxe. Le document rapporte également des dépenses remboursées à des élus et pourtant initialement payées avec la carte du CSE.

Si la remise de ce rapport au ministre des Transports est toute récente, il est à relever que la publication de ces informations intervient pile le jour où débutent les élections professionnelles.