Hauts-de-Seine : Un chef d’entreprise soupçonné de trafic de badges d’accès aux immeubles

MISE EN EXAMEN Une forte somme d’argent liquide et du matériel permettant de dupliquer des passes ont été retrouvés chez le suspect

20 Minutes avec agence
Le mis en examen a été repéré après l'arrestation d'une personne à qui il aurait vendu du matériel. Photo d'illustration.
Le mis en examen a été repéré après l'arrestation d'une personne à qui il aurait vendu du matériel. Photo d'illustration. — G. Varela

Un dirigeant d’entreprise de Puteaux (Hauts-de-Seine) a été mis en examen le 13 octobre dernier. Il est soupçonné d’escroquerie en bande organisée, d’accès frauduleux dans un système de traitement automatisé de données à caractère personnel, de recel d’abus de confiance, de contrefaçon et de blanchiment aggravé. L’affaire concerne des passes Vigik, rapporte Le Parisien.

L’homme a été placé sous contrôle judiciaire. Il est accusé d’avoir vendu des copies de ces passes permettant d’accéder aux immeubles équipés du dispositif. Leur distribution est encadrée. Le suspect se serait procuré la clé informatique auprès d’Enedis. Il a été repéré après l’arrestation, en juin, d’un homme à qui il aurait fourni du matériel.

L’individu possédait notamment des cartes magnétiques vierges, des encodeurs NFC et un outil de transmission sans fil. La société du suspect se vantait sur son site internet de commercialiser les badges d’accès. Chez lui, 132.000 euros en liquide, plus de 200 encodeurs et du matériel informatique utilisé pour la copie de passes ont été découverts. Vigik avait porté plainte contre le mis en examen en juin dernier.