Automobilistes blessés par balles à Stains : Deux policiers mis en examen pour violences volontaires

Refus d’obtempérer Un conducteur et sa passagère avaient été grièvement blessés à Stains le 16 août 2021

20 Minutes avec AFP
— 
Un policier. Illustration
Un policier. Illustration — BASTIEN LOUVET / BRST

Deux policiers ont été mis en examen en septembre et octobre pour violences volontaires et placés sous contrôle judiciaire après avoir grièvement blessé par balles un conducteur et sa passagère à Stains le 16 août 2021, a indiqué vendredi le parquet de Bobigny à l’AFP, confirmant une information du Bondy Blog. Mis en examen pour « violences volontaires ayant entraîné une ITT (incapacité totale de travail) supérieure à huit jours par personne dépositaire de l’autorité publique et avec usage de leur arme de service », les deux agents de la brigade anti-criminalité (BAC) de Stains (Seine-Saint-Denis) âgés de 28 et 31 ans ont, dans l’attente des suites de la procédure judiciaire, interdiction d’activité professionnelle sur la voie publique et de porter ou de détenir une arme, a ajouté le parquet. Les mises en examen ont eu lieu les 8 septembre et 3 octobre, a également précisé cette source.

Le rebondissement intervient plus d’un an après l’intervention houleuse dans la nuit du 15 au 16 août 2021 vers 01h30, dont avaient réchappé les deux occupants du véhicule. Les deux policiers avaient tenté de contrôler la voiture sur le boulevard Maxime Gorki à Stains, mais le véhicule, d’abord immobilisé près des forces de l’ordre, avait fait machine arrière et s’était remis à rouler, avait expliqué une source proche de l’enquête à l’époque des faits.



Une vidéo du média « L’écho des banlieues », massivement partagée sur les réseaux sociaux, montre les deux policiers faire feu à plusieurs reprises en direction de la voiture. Le conducteur avait reçu plusieurs balles au thorax, au bras et au pubis, tandis que la passagère et compagne, allongée sur la banquette arrière, avait été gravement blessée au dos.

Poursuivi lui aussi pour « refus d’obtempérer » et « violence avec arme », en l’occurrence sa voiture, le conducteur de 37 ans a été condamné en février à deux ans de prison par le tribunal de Bobigny. Il a fait appel de cette décision et sera de nouveau jugé à la cour d’appel de Paris, mardi. Pour ses soutiens, qui avaient manifesté dans les rues de Stains après le drame, le trentenaire et sa conjointe ont été surpris par l’intervention des policiers, qui les ont délibérément blessés en dehors de tout cadre légal.

Cette affaire fait écho à la multiplication récente de tirs policiers à l’issue tragique lors de refus d’obtempérer. La passagère d’un véhicule en fuite a ainsi été tuée dans la nuit de mardi à mercredi à Grenoble.