Val-de-Marne : Un adolescent de 14 ans menace son père avec une arme et le force à sauter du 4e étage

drame Armé d’un couteau de cuisine, le lycéen a menacé de tuer sa mère si son père ne sautait pas de la fenêtre de l’appartement après une violente dispute

Manon Aublanc
— 
Une patrouille de police dans un quartier. Illustration.
Une patrouille de police dans un quartier. Illustration. — G. Varela
  • Un mineur de 14 ans a forcé son père à se jeter par la fenêtre du quatrième étage depuis leur appartement de Villejuif (Val-de-Marne). L’adolescent a menacé de tuer sa mère s’il n’exécutait pas ses ordres.
  • Le père de famille, dont le pronostic vital n’est pas engagé, a été transporté à l’hôpital. Selon les premiers éléments de l’enquête, le lycéen souffre de dépression et de troubles obsessionnels du comportement.
  • Une enquête a été ouverte par le parquet de Créteil et confiée au commissariat du Kremlin-Bicêtre.

« Soit tu sautes, soit je te tue, si tu ne sautes pas, je tue maman ». C’est un drame familial qui s’est joué, mercredi soir, dans la résidence Louis-Blériot à Villejuif (Val-de-Marne). Armé d’un couteau, un adolescent de 14 ans a forcé son père à se jeter du quatrième étage, menaçant de tuer sa mère s’il ne le faisait pas, a fait savoir une source policière à 20 Minutes, confirmant des informations du Parisien.

Le lycéen, qui s’est rendu de lui-même aux policiers arrivés sur place, se trouve toujours en garde à vue au commissariat du Kremlin-Bicêtre ce vendredi, a précisé le parquet de Créteil à 20 Minutes.

La chute du père amortie par des branches

Il est un peu plus de 20h30, mercredi soir, quand le père de famille demande à l’adolescent de sortir de sa chambre pour venir se mettre à table. Ce soir-là, la famille doit partager un repas pour fêter l’anniversaire de la grande sœur. Cette dernière, âgée de 23 ans, est justement partie faire des courses pour le dîner familial. Une violente dispute éclate alors entre le père et son fils. Les cris fusent. Hors de lui, l’adolescent attrape un couteau de cuisine, « type hachoir », et menace ses deux parents. Il commence par donner des coups sur la table et sur les chaises, avant de diriger l’arme directement vers l’homme de 49 ans. « Soit tu sautes, soit je te tue, si tu ne sautes pas, je tue maman », lui intime-t-il. Acculé, le père de famille aurait sauté lui-même du quatrième étage, depuis la chambre conjugale. De son côté, la mère de famille réussit à prendre la fuite et descend dans le hall de l’immeuble.

Au même moment, les pompiers arrivent sur place, alertés par des voisins ayant entendu des cris. La chute du père de famille est amortie par des branches, et celui-ci ne souffre que de blessures légères. L’homme, dont le pronostic vital n’est pas engagé, est transporté au CHU du Kremlin-Bicêtre. Les pompiers, qui ont réussi à récupérer le numéro de l’adolescent, échangent avec lui par téléphone pour le convaincre de se rendre à l’arrivée des forces de l’ordre. Quelques minutes plus tard, c’est chose faite : le lycéen descend de lui-même dans le hall de l’immeuble. Interpellé dans la foulée, le jeune homme, qui a immédiatement reconnu les faits, a été placé en garde à vue au commissariat du Kremlin-Bicêtre.

Une tentative de suicide en 2021

Selon les premiers éléments de l’enquête, l’adolescent, qui souffre de dépression, serait suivi psychologiquement pour des troubles obsessionnels du comportement. Selon l’une des habitantes du quartier, l’adolescent serait en souffrance depuis plusieurs années en raison d’un climat familial violent : « C’est un gamin adorable, mais détruit par une famille destructrice avec un père très violent », a-t-elle confié, affirmant que l’adolescent a été hospitalisé l’an dernier après une tentative de suicide. « Je l’ai vu se recroqueviller au fil des années. Ce n’est pas du tout le monstre dont on parle. Il est passé à l’acte, c’est horrible, mais il avait vraisemblablement ses raisons », a-t-elle ajouté.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Créteil et confiée au commissariat du Kremlin-Bicêtre pour tenter de comprendre les motivations du lycéen. Les investigations devront également permettre de déterminer si le discernement psychologique de l’adolescent était aboli au moment des faits.