Mont-de-Marsan : Un suspect mis en examen après le meurtre d’un kinésithérapeute de 76 ans

ENQUêTE La victime avait été découverte dans les décombres de l’incendie de sa maison, une ceinture nouée autour du cou et les pieds attachés par une rallonge électrique

Mickaël Bosredon
— 
Illustration police judiciaire
Illustration police judiciaire — DENIS CHARLET
  • Un homme de 21 ans, « connu des services de santé pour une pathologie psychiatrique », a été interpellé alors qu’il était hospitalisé en milieu spécialisé, et placé en garde à vue.
  • « Il a reconnu spontanément son implication » dans le meurtre d’un kinésithérapeute de 76 ans, dont le corps en partie calciné avait été découvert dans les décombres de sa maison incendiée le 19 août dernier.
  • Le suspect a été mis en examen et écroué à la prison de Gradignan (Gironde).

Une information judiciaire du chef de meurtre et dégradation du bien d’autrui par moyens dangereux, a été ouverte jeudi par le parquet de Mont-de-Marsan (Landes), a annoncé ce vendredi la vice-procureure Céline Bucau.

Un homme de 21 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire. Le suspect « a reconnu son implication » dans la mort d’un septuagénaire, dont le corps avait été découvert le 19 août dernier à son domicile de Mont-de-Marsan, une ceinture nouée autour du cou et les pieds attachés par une rallonge électrique.

Le corps en partie calciné découvert « sous un enchevêtrement de meubles »

Ce jour-là, les pompiers avaient été appelés pour un incendie de maison. C’est là qu’ils ont découvert un corps en partie calciné, « sous un enchevêtrement de meubles » indique le parquet. L’autopsie indiquait qu’il s’agissait d’un kinésithérapeute de 76 ans à la retraite. Une enquête du chef de meurtre était rapidement ouverte, et confiée à la police judiciaire de Pau (Pyrénées-Atlantiques).

« La fouille des lieux permettait aux enquêteurs de trouver des objets appartenant à un tiers identifié, et les investigations scientifiques confirmaient sa présence sur les lieux » poursuit le parquet de Mont-de-Marsan. L’individu « était localisé en région bordelaise quelques jours plus tard, hospitalisé en milieu spécialisé ».

« Une rencontre fortuite qui aurait dégénéré en bagarre »

Le suspect a été placé en garde à vue jeudi matin dans les locaux du commissariat de Mont-de-Marsan, où « il a reconnu spontanément son implication, alléguant d’une rencontre fortuite le 18 août au soir qui aurait dégénéré en bagarre suivie d’un acte de strangulation ».

Le suspect est « connu des services de santé pour une pathologie psychiatrique » et a déjà fait l’objet de « deux condamnations judiciaires par le passé pour des faits de violence ». Il a été écroué à la maison d’arrêt de Gradignan (Gironde).