Pas-de-Calais : Onze baigneurs sont décédés depuis le 1er mai en Manche-Mer du Nord

NOYADES La préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord constate une « hausse inquiétante » des comportements à risque de baigneurs ayant pour conséquence la mort d’une dizaine d’entre eux depuis le début de la saison estivale

Mikaël Libert
Vacanciers sur une plage (illustration).
Vacanciers sur une plage (illustration). — Mickaël Bosredon/20Minutes
  • Un homme est mort noyé au Touquet, dans le Pas-de-Calais, dimanche.
  • Il s’agit de la 11e victime de noyade depuis le 1er mai sur le littoral de la Manche et de la mer du Nord.
  • Les autorités alertent sur une « hausse inquiétante des comportements à risque ».

On ne peut pas encore parler d’hécatombe sur les plages du littoral de la Manche et de la mer du Nord, mais la série de décès de baigneurs commence néanmoins à inquiéter les autorités. Dimanche, la préfecture maritime (Premar) a déploré la mort d’un onzième baigneur depuis le début de la saison, le 1er mai.

Dans la soirée, dimanche, un témoin a aperçu « un nageur inanimé » aux abords de la plage du Touquet, dans le Pas-de-Calais. Selon la préfecture maritime, ce témoin a pu ramener la victime, un homme de 45 ans, jusque sur la plage où il a tenté de le réanimer avant l’arrivée des secours. En vain, le nageur, dont on ignore la nationalité, a été déclaré décédé sur place.

Onze personnes mortes noyées en trois mois

Cette victime est loin d’être la première depuis le début de la saison. « Sur le ressort du Cross Jobourg, entre la baie du Mont st Michel et le cap d’Antifer, on a comptabilisé neuf personnes décédées en baignade », confirme à 20 Minutes la Premar. Un chiffre auquel il faut ajouter les deux morts sur le secteur du Cross Gris-Nez qui comprend le Nord et le Pas-de-Calais.

Un bilan très lourd qui, pour la Premar, s’explique par « une hausse inquiétante des comportements à risques ». Selon une source, « les victimes de ces derniers jours sont souvent assez âgées » et les drames découlent la plupart du temps « d’un manque de prudence » des baigneurs.

Les autorités insistent sur le respect des règles « de bon sens », à savoir, se baigner dans des zones surveillées, se faire accompagner si l’on est un senior, s’équiper en fonction de son activité et connaître le numéro des secours en mer.