Saint-Malo : L’IGPN saisie après une altercation entre des adolescents et des policiers dans un train

BAGARRE Quatre mineurs et un majeur avaient été placés en garde à vue, soupçonnés d’avoir commis des violences sur des policiers. Les adolescents dénoncent des injures raciales

C.A. avec AFP
Des violences ont éclaté entre des policiers hors service et des jeunes dans un train reliant Rennes à Saint-Malo le 18 juillet.
Des violences ont éclaté entre des policiers hors service et des jeunes dans un train reliant Rennes à Saint-Malo le 18 juillet. — C. Allain / 20 Minutes

Deux versions qui s’opposent. Ce vendredi, le parquet de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) a levé les gardes à vue de quatre mineurs et d’un jeune majeur qui sont soupçonnés de violences à l’encontre de policiers. Les faits s’étaient déroulés dans un train circulant entre Rennes et Saint-Malo lundi dernier. Fait nouveau : les cinq adolescents dénoncent tous la même chose et expliquent avoir fait l’objet « d’injures raciales à leur égard », précise la procureure Christine Le Crom. L’IGPN, la police des polices, a été saisie pour faire la lumière sur l’altercation.

Dans leur version, les policiers évoquent « le comportement perturbateur du groupe de jeunes durant le trajet », précise le parquet. Selon une source policière, ces quatre policiers hors service, originaires de région parisienne, étaient intervenus pour demander à des jeunes de se calmer suite à un problème technique intervenu à Dol-de-Bretagne.

En garde à vue, des comportements racistes évoqués

La brigade anticriminalité était intervenue à l’arrivée du train en gare de Saint-Malo. Les policiers avaient rapidement déposé plainte pour violences. Les cinq jeunes avaient été placés en garde à vue pour violences et outrage. Lors de ces gardes à vue, les cinq mis en cause ont dénoncé des comportements racistes à leur égard, débouchant sur l’ouverture d’une enquête de l’IGPN. « Ces faits sont corroborés par des enregistrements vidéo édifiants », qui ont été remis à la justice, soulignent les avocats des cinq jeunes Cyril Baron, Hadrien Chouamier et Martine Pannetier.