La voiture des auteurs de la fusillade retrouvée à Nîmes par la police

ENQUETE La Peugeot 308 utilisée par les auteurs d’une fusillade qui a fait un mort et quatre blessés lundi soir à Paris a été retrouvée dans un quartier de Nîmes mercredi

Thibaut Chevillard
— 
Un homme a été tué par balles et quatre autres personnes ont été blessées plus légèrement lors d'une fusillade lundi soir dans le XIe arrondissement de Paris
Un homme a été tué par balles et quatre autres personnes ont été blessées plus légèrement lors d'une fusillade lundi soir dans le XIe arrondissement de Paris — CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
  • Deux individus ont ouvert le feu lundi soir sur deux clients d’un bar à chicha du 11e arrondissement de Paris. L’une des deux victimes est décédée sur place après avoir été touchée par des tirs de Kalachnikov.
  • L’un des assaillants, âgé de 16 ans, a été maîtrisé par les clients de l’établissement. Interpellé par la police, il a été placé en garde à vue.
  • Son complice a pris la fuite à bord d’une voiture qui a été retrouvée, mercredi, à Nîmes.

Deux jours après la fusillade qui a fait un mort et quatre blessés lundi soir, à Paris, l’affaire a rebondi… 700 km plus au sud. Selon les informations du site Objectif Gard, confirmées à 20 Minutes par une source policière, la voiture utilisée par les tireurs a été retrouvée mercredi à Nîmes. La Peugeot 308 a été découverte par un équipage de la Bac dans le quartier de Pissevin, à proximité de la galerie commerciale Richard-Wagner. Le véhicule, qui n’a pas été brûlé, a été saisi par la police locale et est examiné par les experts de la police scientifique. En revanche, le suspect qui a pris la fuite à bord n’a pas été retrouvé.

Lundi soir, à 21h37, deux hommes sont sortis de cette Peugeot 308 après s’être arrêtés s’arrêter devant un bar à chicha, « La petite échappée », situé à l’angle des rues Breguet et Popincourt, dans le 11e arrondissement de Paris. L’un des assaillants tenait dans ses mains une arme de poing, un 9 mm, et l’autre une Kalachnikov. Le duo a ouvert le feu en direction de deux hommes attablés en terrasse. L’un d’eux, un homme né en 1984, connu des services de police pour des affaires de stupéfiants, est décédé sur place des suites de ses blessures. Quatre autres personnes, qui ont reçu des éclats de verre,​​ ont été plus légèrement blessées.

Garde à vue prolongée pour le suspect interpellé

Mercredi, la garde à vue de l’adolescent a été prolongée de 48 heures par le juge des libertés et de la détention. Son complice, qui était armé d’un pistolet 9 mm, a réussi à regagner la voiture et à prendre la fuite en direction de l’avenue Ledru Rollin. Était-il attendu par un troisième homme qui se serait trouvé à bord du véhicule ? François Vauglin, le maire de cet arrondissement déjà profondément marqué par les attentats de janvier et novembre 2015, a indiqué sur Twitter que « les assaillants étaient au nombre de trois ». Une information que les sources policières et judiciaires contactées par 20 Minutes n’ont pas confirmée.

A l’heure actuelle, l’hypothèse d’un règlement de compte est privilégiée par les enquêteurs qui devront désormais répondre à deux autres questions : pourquoi le véhicule des assaillants a-t-il été retrouvé à Nîmes ? Et pourquoi n’ont-ils pas pris la peine de l’incendier pour effacer leurs traces ?