Yvelines : Un commerçant menacé d’extorsion par quatre faux indépendantistes corses

ENQUETE Une première rançon de 250.000 euros puis une seconde de 350.000 euros ont été réclamées à un commerçant des Yvelines par quatre hommes. Ces faux indépendantistes corses ont également menacé avec une arme le fils de la victime

F.H. avec AFP
Quatre jeunes hommes ont tenté d'extorquer un commerçant possédant une propriété en Corse en se faisant passer pour des indépendantistes. (Illustration)
Quatre jeunes hommes ont tenté d'extorquer un commerçant possédant une propriété en Corse en se faisant passer pour des indépendantistes. (Illustration) — PAOLI JACQUES/SIPA

Vacanciers réguliers en Corse, quatre jeunes hommes ont tenté d’extorquer un commerçant du marché en gros de Rungis. Leur stratagème ? Se faire passer pour des indépendantistes corses et menacer la famille et la maison sur l’île de Beauté de la victime. La bande des quatre a été mise en examen lundi, a appris l’AFP mardi auprès des gendarmes.

Ces hommes âgés d’une vingtaine d’années, trois étudiants et un assistant commercial vivant en Ile-de-France, n’ont « aucun lien avec un mouvement indépendantiste corse », ont précisé les gendarmes de la section de recherches (SR) de Versailles. Leur cible habite dans les Yvelines et possède une propriété sur l’île.

Une première rançon de 250.000 euros, une deuxième de 350.000

En juin, ils ont d’abord exigé de lui 250.000 euros dans une lettre accompagnée d’une munition de chasse et signée « Fronte Di Liberazione Corsica Meridionale » – un « mouvement inconnu », souligne la SR de Versailles. Les auteurs de la lettre l’ont menacé, en cas de non-paiement, de s’en prendre à sa famille ou à sa propriété en Corse du Sud. Une première remise de rançon devait avoir lieu dans les Yvelines en juin, mais les suspects ne s’y sont pas rendus.

L’un des fils du commerçant a ensuite été violenté et menacé avec « une arme de poing » début juillet par deux hommes « porteurs de faux brassards police ». Ces hommes lui ont remis une seconde lettre fixant leurs exigences à 350.000 euros à verser le 15 juillet en Corse.

Des surveillances depuis « plusieurs mois »

Après plusieurs jours de surveillance, des enquêteurs de la SR de Versailles, appuyés par le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) et des collègues de la SR d’Ajaccio, ont interpellé dans la région de Figari trois des jeunes hommes au moment de la remise de rançon. Le quatrième, qui avait quitté la Corse, est arrêté sur le continent. Selon les enquêteurs, les suspects surveillaient depuis « plusieurs mois » le domicile du commerçant dans les Yvelines.

Lundi, ils ont été mis en examen pour extorsion en bande organisée, association de malfaiteurs en vue de commettre un crime et violence aggravée. Trois ont été placés en détention provisoire, un sous contrôle judiciaire.