Roanne : Après s’être échappé durant un jour, un détenu condamné pour meurtre a été interpellé à Vénissieux

EVASION L’homme a profité mercredi d’une garde à vue au commissariat de police de Roanne, dans la Loire, pour s’échapper par la fenêtre, pendant une vingtaine d’heures, avant d’être interpellé jeudi matin à Vénissieux, dans le Rhône

J.Lau.
Photo d'illustration du centre de détention de Roanne.
Photo d'illustration du centre de détention de Roanne. — P. Merle / AFP

Une trentaine de policiers de Roanne, dans la Loire, ont été mobilisés mercredi après-midi, après l’improbable évasion d’un détenu du centre de détention de Roanne. Comme l’explique Le Progrès, une véritable « chasse à l’homme » a été mise en œuvre pour retrouver cet homme au CV pour le moins inquiétant.

« Il est incarcéré depuis 2008 et libérable seulement en 2032 car il a été condamné pour des faits de meurtre et de trafic de stupéfiants, indique ainsi le procureur de la République de Roanne, Abdelkrim Grini. Il a été extrait du centre de détention à ma demande pour être placé en garde à vue, car il avait outragé et menacé des surveillants pénitentiaires. » Une fois au commissariat ligérien pour cette garde à vue, l’homme âgé de 35 ans est parvenu à s’échapper en profitant d’une fenêtre ouverte dans une pièce.

« Il avait l’intention de quitter la France pour poursuivre sa cavale »

« En une fraction de seconde, il a foncé et il a plongé la tête la première dans le vide depuis le premier étage, sans se soucier de ce qu’il pouvait y avoir en dessous », raconte Abdelkrim Grini. Après avoir été repéré à différents endroits de Roanne, sans être rattrapé à temps, le fugitif a profité de cette opportunité pour rejoindre la région lyonnaise et retrouver son épouse. Il était en sa compagnie, dans un hôtel de Vénissieux, lorsqu’une équipe de la brigade anticriminalité de Lyon a pu enfin l’interpeller jeudi matin.

Après une vingtaine d’heures de cavale, l’homme a à nouveau été placé en garde à vue à Roanne, avant de retrouver le centre de détention ce vendredi. « Cet individu au profil particulièrement dangereux avait manifestement l’intention de quitter la France et de poursuivre sa cavale dans un pays étranger », précise Abdelkrim Grini.