Maine-et-Loire : Un garçon de 7 ans et sa sœur de 24 ans tués par un tir de feu d'artifice du 14 juillet à Cholet

ACCIDENT Une enquête a été ouverte pour homicide involontaire après cet « incident de tir » lors de la fête nationale qui a également fait sept blessés

M.d.F. avec AFP
— 
Un véhicule des sapeurs-pompiers à Nantes (illustration).
Un véhicule des sapeurs-pompiers à Nantes (illustration). — L.Venance/AFP

Alors qu’ils assistaient au feu d’artifice du 14 juillet avec d’autres membres de leur famille, un garçon de 7 ans et sa sœur de 24 ans ont été tués par un dramatique « incident de tir ». Le drame est survenu peu après 23 heures « sur un terrain stabilisé près du stade de Cholet […] à une cinquantaine de mètres du pas de tir », a précisé le procureur de la République d’ Angers, Eric Bouillard. 

Un homme d'une trentaine d'années, grièvement blessé, a été hospitalisé en urgence absolue, ont précisé les pompiers vendredi matin. Six autres spectateurs, dont les parents des deux victimes, ont été légèrement blessés. Ils ont été hospitalisés en urgence relative, selon le service départemental d'incendie et de secours (Sdis) du Maine-et-Loire. Interrogé sur les circonstances de l’accident, le procureur a évoqué un « incident de tir », sans plus de précision. « Il est beaucoup trop tôt » pour en dire plus, a-t-il ajouté, alors qu’une enquête a été ouverte pour homicide involontaire, devra déterminer les circonstances précises de l’accident.

La scène filmée

Laurent Picard, venu au feu d’artifice avec ses deux filles de 8 et 13 ans, a assisté à l’accident, dont il a publié quelques images vidéo sur Facebook. « J’étais à 5/6 mètres de l’explosion avec mes deux filles, j’ai reçu des étincelles et senti la chaleur du souffle », a-t-il témoigné. 

A la fin de cette vidéo d’un peu plus d’une minute, on voit ce qui ressemble à l’explosion d’une fusée parmi une petite foule massée derrière un grillage, puis des cris et des gens qui courent en tous sens, alors que des flammes sont visibles par terre. Peu après l’explosion, Laurent Picard dit avoir vu un homme allongé sur le sol, apparemment brûlé, et une femme à qui des secouristes faisaient un massage cardiaque. « Ça criait partout, c’était un peu la panique », se souvient-il, encore choqué.

Le feu d’artifice a continué malgré tout

Malgré l’incident, le feu d’artifice a été mené à son terme puis la foule a été dispersée, selon lui. Environ 70 pompiers ont été dépêchés sur place, selon le Courrier de l’ouest. Le maire de Cholet Gilles Bourdouleix, a expliqué que des membres de la sécurité auraient « conseillé aux personnes » se trouvant à proximité des lieux de l’accident « de s’éloigner ».

La municipalité travaille « depuis des années » avec l’artificier chargé du feu d’artifice, a-t-il ajouté, et « c’est la première fois » qu’un tel drame survient pendant les festivités du 14 juillet à Cholet selon lui. « C’est un drame épouvantable », a-t-il commenté.