Carcassonne : L’IGPN saisie après des tirs policiers contre un automobiliste qui refusait d’obtempérer

ENQUETE Jeudi soir, un automobiliste qui refusait d’obtempérer a été blessé par les tirs d’un policier sur lequel il avait foncé

B.C.
— 
Gyrophare d'une voiture de police, le 18 décembre 2014, à Calais
Gyrophare d'une voiture de police, le 18 décembre 2014, à Calais — Philippe Huguen AFP

Jeudi, vers 21h30, des policiers de la brigade anticriminalité de Carcassonne sont alertés par des crissements de pneus du côté de la gare. Soupçonnant un rodéo, ils se rapprochent du véhicule qui roule coffre ouvert. Il lui demande de s’arrêter mais le conducteur refuse d'obtempérer et se dirige vers des petites rues du centre-ville. Au cours de cette course-poursuite, l’automobiliste prend de nombreux risques et des rues à contresens avant de perdre le contrôle de son véhicule et de percuter l’avant, rapporte L'Indépendant.

Blessé à l’épaule et au tibia

Bloquant son véhicule, les policiers mettent pieds à terre. Mais le fuyard fait marche arrière et percute au passage l’un des fonctionnaires qui se retrouve coincé. Faisant plusieurs manœuvres, il continue et aurait accéléré en direction d’un autre policier. Ce dernier a fait usage de son arme et tiré à cinq reprises. Touché à l’épaule et au tibia, le quadragénaire a tenté de fuir à pied avant d’être rattrapé par les forces de l’ordre qui lui ont prodigué les premiers soins, avant l’arrivée des secours.

Une enquête confiée à la police judiciaire a été ouverte pour déterminer les circonstances de cette course-poursuite. En parallèle, l’inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie comme il est d’usage dès qu’un policier fait usage de son arme. Il a reçu le soutien du syndicat Alliance. La famille du fuyard a, de son côté, déposé plainte alors qu’une vidéo de l’interpellation circule sur les réseaux sociaux.