Toulouse : Sa petite amie le quitte, il la harcèle et va jusqu’à diffuser des photos d’elle dénudée

HARCELEUR Un jeune de 21 ans a harcelé pendant plusieurs semaines son ancienne petite amie, la menaçant, la suivant dans un autre département et diffusant sur les réseaux sociaux des photos d’elle dénudée

B.C.
— 
L'application Facebook que de nombreux Français ont sur leur téléphone.
L'application Facebook que de nombreux Français ont sur leur téléphone. — Jenny Kane/AP/SIPA

Un véritable harcèlement qui a tourné au cauchemar. C’est ce qu’a vécu une jeune femme de 25 ans habitant Toulouse. En début d’année, elle rencontre un jeune homme de 21 ans avec qui elle se lie et qu’elle accueille chez elle. Mais, au bout de quatre mois, elle se rend compte que ses sentiments ont changé et décide de mettre fin à leur histoire. Elle lui demande de partir, mais il ne l’entend pas ainsi.

Agressif, il la menace de mort et un jour la bouscule violemment. Effrayée, elle quitte son appartement, appelle la police et porte plainte. Placé en garde à vue, son ex-petit copain ressort libre. Pour mieux recommencer. Il la menace à nouveau en lui envoyant des messages, en l’appelant.

Il la harcèle jusqu’en Gironde

Elle décide d’aller se réfugier chez sa mère, en Gironde. Mais il retrouve sa trace grâce aux réseaux sociaux et se présente à la porte. Ni elle, ni sa maman n’ouvrent. Mais le harcèlement continue, et elle se rend chez son père en Corrèze. La croyant toujours en Gironde, l’ex pénètre de force chez sa mère et la bouscule, avant de partir se rendant compte que la jeune femme n’est pas là.

Cette dernière décide de déposer à nouveau plainte, un inconnu l’ayant menacé de mort, ce que lui avait prédit son ancien compagnon. Sans compter que ce dernier a réussi à accéder à distance à la galerie photos de son appareil et a lui volé des images d’elle dénudée, avait de les diffuser sur les réseaux sociaux.

Saisie, l’Unité des atteintes aux personnes de la police nationale de Toulouse a convoqué le jeune persécuteur mercredi. Après 48 heures de garde à vue, il a été déféré devant la justice ce vendredi et devait être jugé en comparution immédiate.