Nice : L’homme blessé par le tir d’un policier mercredi lors d’une course-poursuite est décédé

ENQUETE L’homme de 35 ans avait été touché à la tête alors qu’il se trouvait, avec quatre autres individus en situation irrégulière, à l’arrière d’une camionnette que les forces de l’ordre tentaient d’intercepter. L’IGPN est saisie et un policier est en garde à vue

Fabien Binacchi
— 
Un fonctionnaire de la police aux frontières (Illustration)
Un fonctionnaire de la police aux frontières (Illustration) — SYSPEO/SIPA
  • L’homme blessé par les tirs d’un policier au cours d’une course-poursuite, dans la nuit de mardi à mercredi entre la frontière italienne et Nice, est décédé ce jeudi.
  • L’auteur des coups de feu est en garde à vue pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », a précisé à 20 Minutes Parvine Derivery, adjointe au procureur de la République de Nice.

Il n’a pas survécu. L'homme blessé par les tirs d’un policier au cours d’une course-poursuite, dans la nuit de mardi à mercredi à Cantaron (Alpes-Maritimes), entre la frontière italienne et Nice, est décédé mercredi soir, a fait savoir le parquet ce jeudi. De nationalité égyptienne, cet homme de 35 ans avait été touché « au niveau de la tête » alors qu’il se trouvait, avec quatre autres individus en situation irrégulière, à l’arrière d’une camionnette frigorifique que les forces de l’ordre tentaient d’intercepter.

Un fonctionnaire de la police aux frontières avait fait feu et touché l’utilitaire à deux reprises alors que ce dernier « aurait accéléré en direction du véhicule de police », expliquait le parquet dès mercredi. Une enquête a été ouverte et confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). L’auteur des tirs est en garde à vue pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », a précisé à 20 Minutes Parvine Derivery, adjointe au procureur de la République de Nice.

Transporté « en urgence vitale absolue » à l’hôpital

Le blessé n’avait été découvert que plusieurs kilomètres après les coups de feu, alors que le véhicule était finalement abandonné par son conducteur et les deux passagers avant dans le quartier des Moulins, à l’ouest de Nice. Il avait été « transporté en urgence vitale absolue à l’hôpital Pasteur », dans l’est de la ville, selon le procureur.

Une autre enquête des chefs d'« aide à l’entrée et à la circulation en France d’étrangers en situation irrégulière dans des conditions incompatibles avec la dignité humaine », « refus d’obtempérer aggravé par la mise en danger d’autrui » et « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique » a été ouverte. Elle a été confiée, « à ce stade », à la Direction départementale de la police aux frontières.