Refus d'obtempérer à Argenteuil : Le conducteur mis en examen et écroué

CONTROLE L'automobiliste, blessé par un tir policier, est toujours hospitalisé

20 Minutes avec AFP
Une voiture de la police (illustration)
Une voiture de la police (illustration) — ALLILI MOURAD/SIPA

L'automobiliste à l'origine d'un refus d'obtempérer​ en début de semaine à Argenteuil et blessé par un tir policier a été mis en examen jeudi pour tentative de meurtre sur une policière et écroué à l 'hôpital, a indiqué à l’AFP le parquet de Pontoise.

Le jeune homme de 21 ans a également été mis en examen pour « refus d’obtempérer aggravé », « conduite sous l’empire d’un état alcoolique et sous l’emprise de stupéfiants en récidive » et « conduite malgré suspension du permis de conduite », a précisé le parquet, confirmant une information du Parisien.

Transféré en prison dès son rétablissement

Blessé par balle à l’omoplate, le jeune homme a été hospitalisé. En attendant son rétablissement et son transfert en prison, il est incarcéré à l’hôpital. Peu avant 4 heures du matin dans la nuit de lundi à mardi, un équipage de police suit un véhicule roulant à vive allure dans le centre-ville d’Argenteuil et prenant des sens interdits.

Alors qu’il a calé, les policiers mettent pied à terre pour procéder au contrôle, selon le récit d’une source policière.  « L’individu redémarre et coince une policière entre sa voiture et le véhicule de police, l’obligeant à monter sur le capot » et la blessant légèrement aux genoux, poursuit cette source. Un des policiers « a tiré une cartouche sur le conducteur pour protéger sa collègue », le blessant à l’omoplate gauche, d’après une source proche de l’enquête.

« Il a reconnu le refus d’obtempérer mais ne reconnaît pas avoir heurté volontairement la policière dans la mesure où il ne s’en rappelle pas », a déclaré une source proche du dossier, précisant qu’il avait 2g/L d’alcool dans le sang et qu’il avait été testé positif au cannabis.

Enquête toujours en cours

Le policier auteur du tir a été entendu dans le cadre d’une audition libre par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), saisie pour déterminer les conditions d’usage de l’arme dans le cadre de la légitime défense. « L’enquête est toujours en cours », a indiqué le parquet.

La thématique du refus d’obtempérer a récemment été au cœur de l’actualité après la mort d’une jeune passagère, touchée par un tir policier à la suite d’un refus d'obtempérer samedi à Paris.