Nice : Un enfant de 9 ans alerte la police après le féminicide de sa mère

ENQUETE Le suspect, de nationalité russe, faisait déjà l’objet de poursuites pénales pour vol et pour violences commises sur la victime et le fils de cette dernière

Fabien Binacchi
— 
Une moto de la police (illustration)
Une moto de la police (illustration) — SYSPEO/SIPA
  • Une femme de nationalité russe et âgée de 34 ans a été tuée par arme blanche ce mercredi matin à Nice, en présence de son fils de 9 ans qui a alerté les secours.
  • Un homme de 52 ans, également de nationalité russe et présenté comme son compagnon par le maire de Nice, a été interpellé.
  • Déjà condamné en 2016 et en 2017 pour des faits de vol, il doit également comparaître en octobre pour vol et des violences commises sur la victime et le fils de cette dernière.

Une mère de famille a été mortellement blessée par arme blanche ce mercredi matin dans le centre de Nice et son compagnon a été interpellé par la police. C’est le jeune enfant de la victime, âgé de 9 ans et témoin de la scène, qui a prévenu les forces de l’ordre, a révélé Christian Estrosi, qui a dit sur les réseaux sociaux « [s] a peine et [s] on émotion suite à [ce] féminicide ».

Le corps de cette femme de 34 ans, de nationalité russe, présentait des plaies au niveau du visage, du thorax, de l’abdomen et sur les membres, selon le procureur de la République de Nice, qui annonce dans un communiqué qu’une « autopsie sera diligentée à bref délai ». L’enquête a été confiée à la brigade criminelle de la sûreté départementale.


En garde à vue du chef d’homicide volontaire aggravé

Le suspect présumé, un homme également de nationalité russe et âgé de 52 ans, a été arrêté dans les parties communes d’un immeuble d’habitation à proximité de la Villa Masséna, près de la promenade des Anglais, selon Nice-Matin. Il a été placé « en garde à vue du chef d’homicide volontaire aggravé », indique encore le procureur Xavier Bonhomme, précisant que « la nature des liens unissant la victime et l’auteur présumé est en cours de vérification ».

Cet individu, condamné en 2016 et en 2017 pour des faits de vol, faisait déjà l’objet de poursuites pénales pour vol et pour violences sans incapacité commises sur la victime et le fils de cette dernière, selon le parquet. Il doit comparaître pour ces faits devant le tribunal correctionnel de Nice en d’octobre 2022.

« Les violences intrafamiliales, véritable fléau, doivent continuer d’être une priorité en matière de sécurité pour mieux prévenir ces drames, mieux protéger les victimes et renforcer les sanctions », a également réagi le maire de Nice sur Twitter.