Hauts-de-Seine : Ce que l’on sait après la découverte des corps de trois bébés

ENQUETE Les corps, qui étaient dans des seaux remplis de liquide, ont été découverts dans la cave d’un ancien gynécologue décédé en 2015

Thibaut Chevillard
— 
Une enquête a été confiée à la police judiciaire.
Une enquête a été confiée à la police judiciaire. — DENIS CHARLET / AFP
  • C’est ce mardi, en début d’après-midi, vers 15 heures, que la macabre découverte a été faite par un agent des finances publiques chargé de la succession d’un homme décédé en 2015.
  • Selon les premiers éléments de l’enquête, le pavillon appartenait à un ancien gynécologue, décédé en 2015 à l’âge de 74 ans.
  • Deux des corps retrouvés sont dans un état fossilisé, tandis que le troisième est dans un bon état de conservation.

Derrière une palissade verdâtre, se trouve un pavillon en briques rouges, avec des volets blancs, haut de trois étages. C’est dans la cave de cette demeure, située rue Corot, à Ville d’Avray dans les Hauts-de-Seine qu’ont été découverts, mardi après-midi, les corps de trois bébés. Une enquête a été ouverte par le parquet de Nanterre pour déterminer la cause de leur mort. 20 Minutes fait le point sur les premiers éléments de l’enquête.

Comment ont-ils été découverts ?

C’est ce mardi, en début d’après-midi, vers 15 heures, que la macabre découverte a été faite par un agent des finances publiques chargé de la succession d’un homme décédé en 2015. Dans la cave, il découvre trois petits seaux, remplis de liquide, à l’intérieur desquels se trouvent les corps de trois bébés. Selon les premiers éléments de l’enquête, le pavillon appartenait à Jean-Paul A., un ancien gynécologue, décédé en 2015 à l’âge de 74 ans. Choqué, le témoin qui a fait cette triste découverte a été pris en charge par les sapeurs pompiers.

Que sait-on de ces corps ?

Selon nos informations, deux des corps retrouvés sont dans un état fossilisé, tandis que le troisième est dans un bon état de conservation. Ils seront transportés à l’institut médico-légal de Garches afin d’être autopsiés. Un médecin légiste devra déterminer s’il s’agit précisément de fœtus ou de bébés, et depuis combien de temps ils se trouvaient dans cette cave. Si l’enquête n’en est qu’à ses balbutiements, de nombreuses questions se posent d’ores et déjà. Quelles sont les circonstances de ces décès ? Qui en sont les parents ?

Le magistrat de permanence s’est rendu sur place, tout comme les agents de la police judiciaire des Hauts-de-Seine chargés de faire la lumière sur cette affaire.