Roubaix : Il se fait interpeller grâce à la caméra de vidéosurveillance qu’il veut détruire avec un drone

LOSE Un homme a été interpellé par la police municipale de Roubaix alors qu’il était en train de dégrader une caméra de vidéosurveillance à l’aide d’un drone

Mikaël Libert
— 
Un centre de supervision urbain de la police municipale (illustration).
Un centre de supervision urbain de la police municipale (illustration). — M.Libert / 20 Minutes

Des caméras gênantes mais efficaces. Un individu a été interpellé dans le quartier de Lannoy, à Roubaix, alors qu’il venait de dégrader une caméra de vidéosurveillance. Pour arriver à ses fins, le mis en cause avait utilisé un moyen assez original.

La ville de Roubaix est dotée d’un système de vidéoprotection redoutable. Réparties sur tout le territoire de la commune, 300 caméras sont reliées à un centre de supervision urbain où des fonctionnaires scrutent les images 24h/24. Et le 23 avril, vers 2 heures du matin, les policiers municipaux de garde ont assisté à une scène plutôt hallucinante. Sur leurs écrans, ils ont vu un drone auquel était attaché un « filin enflammé » évoluer près d’une caméra pour tenter de la détruire.

Il va devoir rembourser intégralement ses dégradations

L’individu qui pilotait l’engin avait sans doute oublié qu’il pouvait être observé et identifié grâce à la même caméra qu’il souhaitait rendre aveugle. Le vandale avait d’autant moins de chance qu’une patrouille de la police municipale se trouvait en planque non loin de là. Celle-ci a été avisée par le centre de supervision urbain des faits en cours et les fonctionnaires sont arrivés rapidement alors que l’homme était toujours à son affaire.

Il a bien tenté de prendre la fuite, laissant son drone derrière lui. En vain. Il a été interpellé après une brève course-poursuite et placé en garde à vue. Outre les sanctions pénales, le mis en cause devra « rembourser intégralement les frais de cette dégradation », a-t-on déclaré à la municipalité qui a déposé plainte.