Gers : La présidente de la SPA mise en en examen pour avoir refusé de restituer des chiens

UN COMBLE La présidente de la SPA du Gers est mise en examen pour « abus de confiance » après avoir refusé de rendre deux chiens à leur légitime propriétaire. Elle en aurait même fait abattre un

20 Minutes avec AFP
— 
Un chien dans un refuge SPA, en 2007.
Un chien dans un refuge SPA, en 2007. — J. Saget / AFP

Imbroglio à la SPA du Gers, dont la présidente, qui avait visiblement des méthodes bien à elle, vient d’être mise en examen ce jeudi à l’issue de deux jours de garde à vue. Selon Jacques-Edouard Andrault, le procureur de la République d’Auch, elle est soupçonnée « d’abus de confiance » mais aussi, plus grave étant donné sa fonction, de « complicité d’atteinte volontaire à la vie d’un animal ».

Tout commence début avril quand un propriétaire signale la disparition de ces deux chiens à Eauze, dans le nord du département. Les deux animaux se sont retrouvés au refuge de la SPA, qui fait aussi office de fourrière départementale. Sauf que quand leur maître a voulu les récupérer, la présidente s’y est opposée. Elle en a donné un à l’adoption. Quant à l’autre, elle aurait « demandé à une tierce personne » de l’abattre « avec une arme à feu », explique le magistrat, suggérant qu’elle avait « sans doute jugé que le propriétaire n’était pas légitime pour les garder ».

L’enquête se poursuit

La SPA du Gers doit réunir ce vendredi un conseil d’administration extraordinaire pour se trouver un nouveau dirigeant. La suspecte, placée sous contrôle judiciaire, n’a plus le droit de se rendre au refuge ni même d’exercer une activité en lien avec les animaux.

Les enquêteurs cherchent désormais à savoir si d’autres cas de ce type ont pu se produire par le passé.