Seine-Saint-Denis : L’éboueur ressuscité est finalement décédé

PAS DE MIRACLE Une demi-heure après la déclaration officielle du décès, les forces de l’ordre avaient noté des signes de vie sur le patient

20 Minutes avec AFP
— 
Des éboueurs ramassent les poubelles à Paris. (illustration)
Des éboueurs ramassent les poubelles à Paris. (illustration) — JOEL SAGET / AFP

Un éboueur de 66 ans, revenu à la vie après avoir été officiellement déclaré mort après un malaise cardiaque fin mars en Seine-Saint-Denis, est décédé cette semaine, a indiqué ce vendredi une source médicale. « Il est décédé, comme malheureusement presque tous les patients en coma anoxique », a déclaré à l’AFP le Pr Frédéric Adnet, chef du Samu de Seine-Saint-Denis, confirmant une information du Parisien.

Très tôt dans la matinée du 29 mars, cet homme qui travaillait à l’agence de Neuilly-sur-Marne, a eu un malaise cardiaque avant même de commencer le travail, avait relaté la semaine dernière son employeur, la Sepur, entreprise spécialisée dans la collecte et le tri des déchets.

« Phénomène de Lazare »

Appelées, les équipes du Samu ont alors pratiqué sur lui une réanimation cardiopulmonaire durant près d’une heure, avant de constater sa mort. Mais une demi-heure après la déclaration officielle du décès, les forces de l’ordre ont noté des signes de vie sur le patient. Une équipe du Samu, revenue sur place, a effectivement constaté que son cœur battait. Il a alors été transporté au service de réanimation à l’hôpital de Montfermeil « dans un état désespéré ».

Ce phénomène médical rarissime est nommé « phénomène de Lazare », en référence à Lazare de Béthanie, ressuscité par le Christ dans la Bible. Or « dans le phénomène de Lazare, on n’a jamais vraiment de survivant », a expliqué le Pr Adnet.