Guadeloupe : Le Conseil d’Etat rejette la demande de retour d’un détenu transféré en métropole

JUSTICE Quatre mis en cause dans les violences urbaines de fin 2021 et début 2022 sont désormais incarcérés hors du département

20 Minutes avec agence
Deux hommes emprisonnés après les violences en Guadeloupe ont été transférés vers la métropole en mars. Photo d'illustration.
Deux hommes emprisonnés après les violences en Guadeloupe ont été transférés vers la métropole en mars. Photo d'illustration. — UGO AMEZ/SIPA

Le Conseil d’Etat a rejeté, mercredi, la demande d’un des deux détenus transférés de la Guadeloupe à la métropole le mois dernier. Celui-ci souhaitait être emprisonné dans les Antilles. L’homme est une des sept personnes incarcérées après les violences urbaines dans le département fin 2021 et début 2022. Il est soupçonné d’avoir participé à leur organisation, indique La Première.

Un transfert en représailles

Les suspects sont aussi accusés d’avoir voulu soutirer de l’argent à des entreprises et des élus. L’avocate du détenu a estimé que l’envoi de son client en métropole empêchait ce dernier de voir sa famille et sa défenseuse en pleine instruction. Elle a affirmé qu’il s’agissait d’une punition après un recours concernant ses conditions de détention.

Le Conseil d’Etat a quant à lui mis en avant le téléphone retrouvé sur le mis en cause et un risque d’intimidation de témoins. Après le transfert des deux prisonniers, quatre des individus incarcérés dans le dossier des violences en Guadeloupe sur fond d’opposition aux mesures sanitaire anti-Covid 19 se trouvent désormais en métropole.