Nord : Une équipe de voleurs de Range Rover démantelée par les gendarmes

ENQUÊTE Les gendarmes de la compagnie d’Hazebrouck, dans le Nord, ont démantelé un réseau de voleurs spécialisé dans les véhicules Range Rover. Trois suspects ont été interpellés

Mikaël Libert
La bande était spécialisée dans le vol de véhicules Range Rover (illustration).
La bande était spécialisée dans le vol de véhicules Range Rover (illustration). — Clément Follain / 20 Minutes
  • Trois hommes suspectés de trafiquer des pièces de Range Rover volés dans le Nord ont été interpellés.
  • La petite équipe est mise en cause dans 13 affaires de vols de véhicules de cette marque sur les 6 premiers mois de 2021.
  • Les suspects seront jugés en mai par le tribunal judiciaire de Dunkerque.

Ils avaient des goûts de luxe. Trois personnes ont été interpellées, mercredi dernier, par les gendarmes du Nord, suspectées d’être à l’origine d’un trafic de pièces de véhicules volés de marque Range Rover, a-t-on appris auprès des gendarmes de Flandre intérieure.

L’affaire est partie d’un renseignement obtenu par la gendarmerie d’Hazebrouck auprès d’une entreprise de surveillance, à propos d’un véhicule signalé volé en juin 2021 qui a réapparu quelques jours plus tard à Blaringhem, près de Saint-Omer, dans le Nord. Les gendarmes se sont rendus sur place et ont effectivement retrouvé le Range Rover en question, stationné dans un entrepôt situé dans une zone artisanale.

Un véritable petit garage clandestin

Sauf qu’à l’intérieur du hangar, les militaires ont découvert bien davantage que le 4x4 de luxe volé. En effet, trois autres véhicules de la même marque signalés volés y étaient entreposés, ainsi que de nombreuses pièces détachées de Range Rover et du matériel de mécanique automobile. Un véritable petit garage clandestin.

Une découverte qui a poussé les gendarmes à enquêter de manière plus approfondie. Les investigations ont duré plusieurs mois, au terme desquels trois suspects ont été identifiés et mis en cause dans 13 vols de véhicules similaires perpétrés entre janvier et juin 2021.

Mercredi dernier, les gendarmes ont lancé les opérations d’interpellation des suspects, lesquels ont été cueillis dans le Pas-de-Calais et dans l’Oise. L’un d’eux était d’ailleurs déjà incarcéré pour des faits qui n’ont pas été précisés. Tous ont été placés en garde à vue avant d’être déférés au parquet de Dunkerque en vue de leur mise en examen. Dans l’attente de leur procès, courant mai, deux ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire et le troisième est retourné en prison.