Seine-Maritime : Menacé de mort sur Facebook car il veut fermer une école, un maire porte plainte

HAINE EN LIGNE Le maire de Bolbec (Seine-Maritime) a été menacé sur le réseau social Facebook pour avoir fait voter en conseil municipal la fermeture d'une école jugée vétuste

20 Minutes avec agences
Une écharpe de maire. Illustration.
Une écharpe de maire. Illustration. — Raphael Bloch - Sipa

Le conseil municipal de Bolbec, près du Havre (Seine-Maritime), de ce mardi soir, se déroulera sous protection policière par précaution. Le maire de la commune de 11.000 habitants a déposé plainte après avoir reçu des menaces de mort sur Facebook ce week-end, rapporte France Bleu. L’auteur présumé des propos a été identifié et sera jugé le 18 août.

A l’origine de cette haine, vraisemblablement : la fermeture d’une école maternelle qui contestée par des habitants. « C’est un établissement de 30 élèves répartis en deux classes, vétuste et qui n’est plus adapté », justifie l’édile dans Ouest-France.

« Derrière le maire, il y a un mari et un père de famille »

« Nous avons redessiné le schéma scolaire, transféré les élèves et enseignants et nous accompagnons les familles. Si je ne peux pas prendre de décisions en tant que maire, ça devient grave. Derrière le maire, il y a un mari et un père de famille », s’alarme-t-il dans le quotidien régional.

La décision de détruire le bâtiment a été votée il y a deux mois en conseil municipal. L’auteur présumé des menaces était en train d’échanger avec un autre internaute sur le réseau social quand il aurait écrit : « Et je jure de le tuer le jour où je me trouverai seul avec lui ». Placé en garde à vue, le suspect doit « se tenir à distance » du maire d’ici son procès.