Seine-Saint-Denis : Un policier tue un automobiliste lors d’un contrôle

DRAME Un trentenaire, qui conduisait une camionnette volée, a été touché par le tir d’un policier qui tentait de l’interpeller entre Aulnay-sous-Bois et Sevran

20 Minutes avec AFP
Des policiers (illustration).
Des policiers (illustration). — Sebastien SALOM-GOMIS/SIPA

Un contrôle en Seine-Saint-Denis a pris un tour tragique. Un trentenaire qui conduisait une camionnette volée est décédé samedi après avoir été touché par le tir d’un policier qui tentait de l’interpeller à Aulnay-sous-Bois dans des circonstances qui restent à déterminer, a-t-on appris auprès du parquet de Bobigny.

Transporté à l’hôpital dans un état critique à la mi-journée, l'homme né en 1988 est décédée à la suite de ses blessures. Les faits se sont déroulés à la jonction de deux villes voisines du département, Aulnay-sous-Bois et Sevran.

Le policier en état de choc

Averti vers 12h30 du vol d’une camionnette, un équipage de la brigade anticriminalité (BAC) repère rapidement le véhicule et cherche à le contrôler à un feu rouge. Pour des raisons qui demeurent floues à ce stade, l’un des fonctionnaires a utilisé son arme de service une fois, « d’une balle qui a touché le conducteur » du véhicule dérobé, a détaillé le parquet. L’automobiliste a malgré tout continué son trajet sur « quelques centaines de mètres », avant de terminer sa course en percutant des voitures en stationnement, dans une allée du quartier des Beaudottes, à Sevran.

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie de l’enquête. Le policier, hospitalisé en état de choc, n’a pas pu être entendu samedi. Les auditions de ses collègues étaient en cours.

Le maire de Sevran appelle au calme

Des tensions ont eu lieu à Sevran à la suite du drame. Des forces de l’ordre ont été envoyées en renfort et resteront mobilisées pour la nuit, selon une source policière. « Le Préfet m’a assuré que tout sera fait pour déterminer les circonstances exactes de ce drame » qui a touché un Sevranais « père de famille » et plongé les habitants de son quartier « sous le choc », a déclaré Stéphane Blanchet, le maire de Sevran. « Dans l’attente et pour la sécurité de tous, il est essentiel que nous gardions notre calme », a-t-il en outre exhorté.