Guerre en Ukraine : Le recteur de la cathédrale russe Saint-Nicolas, à Nice, menacé de mort

ENQUETE Une enquête a été confiée à la Sûreté départementale après des menaces de morts adressées à l’archiprêtre Andrey Eliseev, recteur de la cathédrale russe Saint-Nicolas de Nice. Un rassemblement pro Ukraine qui devait se dérouler devant l'édifice religieux a été reporté

F.B.
— 
La cathédrale Saint-Nicolas de Nice
La cathédrale Saint-Nicolas de Nice — VALERY HACHE/AFP

Le courrier adressé en fin de semaine au recteur de la cathédrale russe Saint-Nicolas, à Nice, est sans équivoque. Andrey Eliseev et ses « amis » y sont clairement menacés de mort s’ils ne partent pas en Russie sous un mois. Une plainte a été déposée. Et une enquête a été confiée à la Sûreté départementale, indique ce dimanche à 20 Minutes le procureur de la République de Nice, confirmant une information de Nice-Matin.

La guerre en Ukraine déclenchée par le chef du Kremlin met le feu aux poudres à 2.000 km de là. « Vous êtes les amis de M. Putin [sic]. Allez en Russie bientôt, autrement vous et vos amis seront assassinés. Vous avez un mois », écrit un « ami » dans cette lettre dont le contenu a été publié par le quotidien régional.

Un rassemblement pro Ukraine reporté

La tension est telle que la préfecture des Alpes-Maritimes a finalement décidé de reporter une manifestation pro Ukraine qui devait se tenir ce dimanche matin devant le lieu de culte orthodoxe. Une mesure qu’avait réclamée l’avocat de l’archiprêtre Andrey Eliseev, selon Nice-Matin. D’autant plus que des paroissiens auraient également reçu des menaces similaires.

Début mars, certains représentants de la communauté russe, qui représenterait quelque 100.000 personnes sur la Côte d’Azur, expliquaient déjà à 20 Minutes, subir des discriminations et souffrir de « russophobie ». « On est deux peuples qui souffrent de ce conflit », soufflait une mère de famille. Une étudiante expatriée, elle, relevait que « [sa] nation n’a jamais voulu cette guerre ».