Guerre en Ukraine : Un restaurant russe de Lille reçoit une lettre de menaces

RUSSOPHOBIE Un courrier anonyme et menaçant a été reçu par les gérantes du restaurant Baba Yaga, installé dans le centre-ville de Lille

Mikaël Libert
— 
La lettre de menaces envoyée au restaurant lillois Baba Yaga.
La lettre de menaces envoyée au restaurant lillois Baba Yaga. — 20 Minutes
  • Dans le contexte de guerre en Ukraine, un restaurant lillois de spécialités russes a reçu une lettre de menaces.
  • Les gérantes, russe et ukrainienne, déplorent cet acte et assurent ne pas faire de politique.
  • Le restaurant a reçu de nombreux soutiens, notamment sur les réseaux sociaux.

Corbeau russophobe. Une lettre anonyme et menaçante a été reçue par les gérantes d’un restaurant de spécialités russes installé à Lille, dans le Nord. Dans le contexte d’invasion de l’Ukraine par la Russie, c’est un acte qui attriste profondément les intéressées même si, fatalistes, elles s’attendaient à de telles initiatives.

« Vous n’avez plus qu’à quitter la France dans les meilleurs délais, vous ferez ainsi coup double car votre présence n’est absolument plus souhaitée en France, Vladimir [Poutine] vous expliquera pourquoi », peut-on lire sur cette lettre, ponctuée d’un « adieu » et signée par « Des Français adorateurs de la Démocratie et du respect des pays souverains ».

« Ça y est, on y est ! »

Des menaces à peine voilées que le restaurant Baba Yaga a tenu à publier sur sa page Facebook en intitulant le post d’un fataliste « Ça y est, on y est ! ». Pourtant, dès le 24 février dernier, sans doute parce qu’elles s’attendaient à être stigmatisées, les gérantes du restaurant avaient pris les devants : « Malgré la situation et tous ces événements terribles, Baba Yaga est et reste apolitique. Nous faisons la cuisine, pas de politique et c’est déjà pas mal », avaient-elles écrit.

Une précision qui n’aura donc servi à rien. Contactées par nos confrères de La Voix du Nord, les deux commerçantes, l’une russe, l’autre ukrainienne, n’ont pas souhaité s’exprimer, expliquant qu’elles avaient déjà été la cible de menaces en 2014, lorsque la Russie avait envahi la Crimée.

Néanmoins, elles peuvent compter sur le soutien des internautes de toute la France et des clients du restaurant. « Nous sommes nombreux à être de tout cœur avec vous et ravi d’avoir découvert votre existence », assure Jacques sur la page Facebook de Baba Yaga. « Cette lettre est une honte. […] Je tiens à vous adresser tout mon soutien », renchérit Simon. « Votre présence est absolument carrément souhaitée !!», encourage Belinda. Et des commentaires réconfortants de ce type, il y en a déjà plus de 200.