Paris : Un gendarme de la garde républicaine en état d’ébriété exhibait un couteau

ENQUETE Affecté à la garde républicaine, le jeune gendarme adjoint, qui est en poste à Matignon, a été placé en garde à vue et encourt une sanction allant du blâme à l’exclusion

Thibaut Chevillard
— 
illustration des cavaliers de la Garde républicaine.
illustration des cavaliers de la Garde républicaine. — ABD RABBO/VILLARD/SIPA

« Fils de pute, allez niquer vos mères, allez tous crever. » Les policiers ont eu bien du mal à interpeller un homme en état d’ébriété qui exhibait un couteau dans la rue. Le suspect, un jeune gendarme adjoint âgé de 20 ans et originaire du Nord, a finalement été emmené dans la nuit de samedi à dimanche au commissariat du 5e arrondissement de Paris où il a été placé en garde à vue après un passage en cellule de dégrisement, apprend 20 Minutes de source policière, confirmant une information du Parisien.

Les faits se sont déroulés vers 2h45, à hauteur du 21 quai Saint-Michel, juste en face de la préfecture de police. Selon les premiers éléments de l’enquête, le militaire menaçait des passants avec un couteau avant d’être maîtrisé par le vigile d’un pub témoin des faits. Au moment de son interpellation, il s’est débattu et obligé les policiers qu’il insultait à l’allonger à l’arrière de leur véhicule et à lui maintenir les jambes. Le suspect était particulièrement éméché. Et pour cause, son taux d’alcool était de 2,46 g par litre de sang.

Sanctions disciplinaire

Le militiaire est affecté à la garde républicaine, une unité prestigieuse de la gendarmerie qui assure notamment la sécurité des palais nationaux. Il est en poste à l’hôtel Matignon (7e arrondissement), où se trouvent les services du Premier ministre, Jean Castex. La hiérarchie de ce gendarme adjoint a été avisée. « Une procédure disciplinaire va être initiée. La plus grande fermeté sera de mise. Il risque une sanction allant du blâme du ministre de l’Intérieur à la radiation », indique à 20 Minutes une source proche du dossier.