Le Havre : Plus de 2,2 tonnes de cocaïne saisies sur le port en 2022, un record

COKE EN STOCK Le Havre (Seine-Maritime) est le plus grand port français pour le trafic de conteneurs, mais c'est aussi plus que jamais l'une des portes d'entrée de la cocaïne en France

20 Minutes avec agences
— 
Vue du port du Havre (Seine-Maritime)
Vue du port du Havre (Seine-Maritime) — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Fin janvier, Gérald Darmanin évoquait  un bilan « historique ». Quatre-vingt-seize tonnes de  cannabis, 23 tonnes de  cocaïne et 1,2 tonne d’  héroïne ont été interceptées en 2021, en France. Derrière ces résultats de la lutte anti-drogue : la (triste) « puissance » du  port du  Havre (  Seine-Maritime) où plus de dix tonnes de « coke » ont été saisies l’an passé.

Selon des informations de France Inter, la juridiction interrégionale spécialisée de Lille (Nord) avait ouvert, en 2021, 24 dossiers d’infractions à la législation sur les stupéfiants concernant le port normand. L’analyse de la radio publique ? « Avec les périodes de  confinement, la fermeture des lignes aériennes internationales, les frontières terrestres, il ne restait que les ports de marchandises de disponibles. D’où la nécessité de trouver à tout prix le moyen de faire passer la cocaïne dont la production a fortement augmenté, notamment en Colombie, ces dernières années ».

Et en 2022, la route de la coke passe toujours, plus que jamais, par la Normandie ! Pour le seul mois de janvier, plus de 2,2 tonnes de cocaïne ont été saisies au Havre, « soit davantage que sur l’ensemble de l’année 2019 », a calculé Le Monde, qui cite le patron de la police judiciaire de la ville, « effaré », qui explique que son équipe travaille en ce début d’année « sur 50 affaires ».

« Des organisations criminelles très structurées »

Le quotidien a interrogé la directrice de la lutte contre les fraudes à la direction générale des douanes qui parle « d’organisations criminelles très structurées, très cloisonnées, où on retrouve les codes de la  mafia, y compris l’omerta. »

Depuis le début de l’année, de la drogue a été découverte dans des conteneurs en provenance du Chili, du  Brésil ou encore de Saint-Martin. Les pains de cocaïne étaient cachés tantôt dans des plaques d’ardoises, tantôt dans des pneus usagés, tantôt dans des sacs de levure de bière, liste Olivier Dusspot, ministre délégué chargé des Comptes publics, dans un communiqué félicitant la douane, « la première administration en matière de saisies de stupéfiants ».