Toulouse : L'homme dangereux qui s'était échappé d'un établissement psychiatrique retrouvé

EN SERIE C’est le troisième individu potentiellement dangereux qui s’échappe en moins de huit jours d’un établissement de soins psychiatriques de Toulouse. Recherché depuis jeudi matin, il a été retrouvé par la police anticriminalité en ville

Béatrice Colin
— 
Hopital de psychiatrie du CHU de Purpan. Toulouse, FRANCE-7/10/13
Hopital de psychiatrie du CHU de Purpan. Toulouse, FRANCE-7/10/13 — Fred.Scheiber
  • Un patient dangereux s’est échappé de l’hôpital psychiatrique de Purpan (Toulouse) ce jeudi matin, avant d'être retrouvé en ville dans l'après-midi par les policiers de la brigade anticriminalité .
  • Déclaré irresponsable, l’homme avait foncé délibérément sur des étudiants en 2017, devant un campus de Blagnac.
  • C’est la troisième fois en huit jours qu’un homme considéré comme dangereux, et irresponsable pénal, s’échappe d’un établissement de soins psychiatriques de Toulouse.

Certains y verraient une loi des séries. D’autres, un problème de moyens ou de sécurité dans les unités psychiatriques pointés du doigt depuis de nombreuses années. Ce jeudi matin, un individu considéré comme dangereux a réussi à déjouer la surveillance des personnels de l'hôpital de psychiatrie du CHU de Toulouse, sur son site de Purpan selon une information de La Dépêche, confirmée à 20 Minutes par la préfecture. Le patient aurait déclenché le système anti-incendie de l’hôpital vers 9 heures ce matin et aurait profité de cette distraction pour s’enfuir.

Cet homme âgé de 32 ans, recherché « activement » par les forces de l’ordre, a été retrouvé et arrêté dans l’après-midi en ville par les membres de la brigade anticriminalité selon une source policière, confirmée par le procureur de la République de Toulouse, Samuel Vuelta-Simon. L’homme a été ramené à l’hôpital Purpan.

Hospitalisé depuis 2019

Il s’agit du chauffard qui a foncé délibèrement en 2017 sur des étudiants qui traversaient la route devant leur campus de Blagnac. Dès son arrestation, il avait indiqué aux policiers qu’il avait l’intention de percuter des gens qu’il ne connaissait pas.

Agé de 28 ans à l’époque, il était connu pour ses lourds antécédents psychiatriques. Mais aussi pour avoir un lourd casier garni d’une dizaine de condamnations. Incarcéré pour « tentative d'assassinat » le 10 novembre 2017, il avait depuis été déclaré irresponsable, indique le parquet de Toulouse. Le trentenaire était donc depuis hospitalisé en psychiatrie en « soins sur décision du représentant de l’Etat » (SDRE). « Cette personne ne relevait plus de la justice, il ne s’agit donc pas d’une évasion », précise le procureur de la République de Toulouse, Samuel Vuelta-Simon.

Le CHU de Toulouse indique qu’il est « hospitalisé depuis 2019 au sein d’une unité d’hospitalisation psychiatrique sécurisée » et qu’il est « médicalement stabilisé, et bénéficiant d’un protocole de soins et d’un accompagnement personnalisé ».

Troisième fugue d’un hôpital psy en huit jours

En huit jours, c’est la troisième fois qu’une personne considérée comme dangereuse, mais irresponsable pénalement, réussie à quitter son établissement de soins psychiatriques. Mercredi dernier, Jérémy Rimbaud, surnommé le « cannibale des Pyrénées » après avoir tué un nonagénaire et mangé son cœur, avait quitté l’hôpital Gérard-Marchant et avait violemment agressé une dame qui promenait son chien dans le quartier des Chalets. Quatre jours plus tard c’est un autre homme dangereux qui avait faussé compagnie à l’établissement de la route d’Espagne avant d’être retrouvé par les policiers.

A la suite de ces deux fugues, l’ARS a diligenté « une mission d’inspection sur site » dont elle attend les conclusions. De son côté, l’hôpital Marchant a assuré que les prises en charge de ces patients « doivent s’exercer dans le respect des règles de la pratique médicale, avec le souci permanent de concilier les enjeux de sécurité et les droits des patients ».