Bouches-du-Rhône : Prison ferme contre un élu qui avait tenté de saboter l’élection municipale à Allauch

POLITIQUE Pendant les municipales, un colistier de Roland Povinelli, maire socialiste d’Allauch, avait proposé à un adversaire frontiste de se retirer en échange d’un logement et d’un emploi

20 Minutes avec AFP
— 
La mairie d'Allauch
La mairie d'Allauch — Mathilde Ceilles / 20 Minutes

Ce lundi, le tribunal correctionnel de Marseille a condamné Charles Dalmasso,  conseiller municipal​ socialiste de   l'ancien maire d'Allauch, Roland Povinelli, à quatre ans de prison dont deux ans avec sursis.

Condamné pour complicité de corruption et entrave aux opérations de scrutin par des manœuvres frauduleuses, même si celles-ci n’ont pas abouti, l’homme de 61 ans pourra purger une partie de sa peine à domicile sous surveillance électronique. Il a également été privé de ses droits civils et civiques pendant cinq ans, notamment de droit de vote et d’éligibilité.

Un retrait contre un emploi à la mairie et un logement

Les faits remontent à février 2014, lorsque Charles Dalmasso occupait les fonctions d’adjoint à la sécurité auprès de Roland Povinelli, maire socialiste d’Allauch de 1975 jusqu’à son décès en mai 2020, entre les deux tours des élections municipales.

L’enquête avait seulement été ouverte en 2019, après la publication dans le quotidien La Marseillaise d’enregistrements établissant que Roland Povinelli et Charles Dalmasso avaient proposé à un jeune militant devant figurer sur la liste FN (devenu RN aujourd’hui) de se retirer au dernier moment, avec quelques autres colistiers, afin d’empêcher le dépôt de la liste en préfecture. En échange, le jeune homme s’était vu proposer un emploi à la mairie et un logement.