Doubs : Un ancien candidat RN reconnaît avoir tagué trois mosquées

SYMBOLE Il avait à chaque fois dessiné des croix de Lorraine « pour montrer que la France est un pays fort », selon le procureur

T.G. avec AFP
— 
La Grande mosquée de Paris, le 13 avril 2021 (illustration).
La Grande mosquée de Paris, le 13 avril 2021 (illustration). — ISA HARSIN

Des croix de Lorraine taguées sur trois mosquées… En novembre dernier, ces symboles avaient été découverts sur trois bâtiments religieux du Doubs. A Montlebon, Pontarlier et Besançon.

Un homme, ancien candidat du Rassemblement National (RN) aux élections départementales, a reconnu les faits et a été placé sous contrôle judiciaire avant son procès en février, a indiqué jeudi le procureur de la République de Besançon.

Travailleur frontalier, l’homme de 23 ans a été déféré mercredi devant le parquet de Besançon et placé sous contrôle judiciaire. Il sera jugé le 9 février devant le tribunal correctionnel de Besançon, a indiqué Etienne Manteaux. Selon lui, l’homme a expliqué estimer que « la religion musulmane n’est pas compatible avec les valeurs de la France » et que « les mosquées, c’est pas la France ».

« Montrer que la France est un pays fort »

Le suspect, chez qui un exemplaire de Mein Kampf a été retrouvé mais qui assure « ne pas adhérer aux idées » d’Hitler, a affirmé avoir dessiné une croix de Lorraine, symbole historique de la Résistance et du gaullisme, « pour montrer que la France est un pays fort », selon le procureur.

Candidat perdant du RN aux élections départementales dans le canton de la Cluse-et-Mijoux, il a quitté fin 2021 le parti qu’il jugeait « trop laxiste ». Il a déjà été condamné à trois reprises en France et en Suisse, notamment pour port d’armes et violences conjugales.