Seine-Saint-Denis : Un deuxième homme en garde à vue dans l'affaire de la vidéo de piétons traînés dans la rue

CHOQUANT Pour « s'amuser » en voiture, trois hommes ont agrippé et traîné des piétons jusqu'à ce qu'ils chutent. Ce mardi 11 janvier, quelques heures, après le conducteur, c'est l'auteur de la vidéo qui est placé en garde à vue.

20 Minutes avec AFP
— 
Une enquête de police a été ouverte, après la diffusion d'une vidéo choquante
Une enquête de police a été ouverte, après la diffusion d'une vidéo choquante — M. Pattier / SIPA

Après la diffusion d’une vidéo très partagée sur les réseaux sociaux d’occupants d’une  voiture traînant des piétons contre leur gré, un deuxième homme a été placé en garde à vue, mardi 11 janvier. Il s’est présenté à 5h15 au commissariat de  Noisy-le-Sec, a appris l’AFP de source policière. L’homme se déclare être l’auteur de la vidéo choquante et de sa diffusion.

Sous-titrée « fou rire de la soirée », dans cette vidéo amateur, on peut voir le conducteur d’une voiture agripper un piéton tout en continuant de rouler. La victime supplie l’homme de freiner, ce qui provoque l’hilarité des occupants du véhicule. Le conducteur lance même : « Wallah tu vas courir ! ». Après quelques secondes, essoufflée, la victime finit par chuter. Plus loin, un autre homme subit le même sort.

Enquête ouverte après des signalements sur « Pharos »

La vidéo a été fortement partagée sur les réseaux sociaux le dimanche 9 janvier. Certains internautes s’étaient mis en tête de retrouver les auteurs. La préfecture de police de Paris a, elle, dénoncé une « agression gratuite ». Depuis, la vidéo a été signalée de nombreuses fois sur la plateforme « Pharos », site qui traque les contenus illicites sur Internet. À la suite de ces signalements, une enquête a été ouverte.

L’une des victimes a porté plainte, indique l’AFP. Sexagénaire, elle a été légèrement blessée en chutant sur la route et souffre de contusions sur le corps. Lundi vers 17 heures, le conducteur du véhicule s’est rendu au commissariat après avoir été contacté par la police. Une troisième personne est toujours recherchée.