Fréjus : Il se livre à la gendarmerie avec une tête et un pénis dans un sac

ENQUETE L’homme d’une trentaine d’années est venu au-devant des militaires pour « confesser » son acte en apportant la « preuve »

Fabien Binacchi
— 
Un véhicule de gendarmerie. (illustration)
Un véhicule de gendarmerie. (illustration) — RAPHAEL BLOCH/SIPA

Les gendarmes de la brigade de Fréjus ont eu une très macabre surprise ce vendredi en fin de matinée. Un individu âgé de 38 ans s’est présenté dans leurs locaux avec un sac contenant la tête et le pénis tranchés de sa victime. Il est venu pour « confesser »  son acte commis la veille en apportant la « preuve », a-t-il expliqué aux militaires, a précisé la direction régionale de la gendarmerie de   Paca.

Sollicité par 20 Minutes, le procureur de la République de Draguignan a indiqué « qu’à ce stade, l’acte terroriste est exclu ». « Aucun élément ne permet d’établir qu’il est question de radicalisation. Il s’agirait plutôt d’un différend entre deux personnes qui se connaissaient », a précisé Patrice Camberou.

« Assassinat » et « acte de cruauté et barbarie »

Le mis en cause, connu des services de police pour diverses infractions, a été interpellé et placé en garde à vue au commissariat de police de Fréjus. Il doit faire l’objet d’une expertise psychiatrique. Une enquête a été ouverte pour « assassinat » et confiée à la police judiciaire de Toulon. Elle pourrait être élargie au chef « d’acte de cruauté et barbarie ».

Dans l’après-midi, un important dispositif était déployé dans une résidence de l’avenue de Villeneuve, à proximité du centre historique de la ville, où le reste du corps de la victime, également âgée de 38 ans, a été découvert.