Marseille : Un policier qui avait sorti son arme face à un détenu relaxé en appel

PROCES Condamné en première instance pour avoir brandi son arme sur un détenu, un policier marseillais a finalement été relaxé par la cour d’appel d’Aix-en-Provence

20 Minutes avec AFP
Deux policiers à Marseille
Deux policiers à Marseille — SOPA Images/SIPA

Dans un arrêt rendu le 7 décembre dernier, la cour d’appel d'Aix-en-Provence, dans les  Bouches-du-Rhône, a relaxé un policier  marseillais​, condamné en première instance en janvier 2021 à 10 mois de prison avec sursis pour avoir brandi son arme face à un détenu.

Les faits s’étaient déroulés le 22 septembre 2020 à l’issue d’un transfert de trois détenus des geôles du palais de justice de Marseille vers la maison d’arrêt aixoise de Luynes. L’un des passagers du fourgon s’était montré particulièrement virulent à l’encontre des policiers de l’Unité de garde et des transferts judiciaires, crachant à plusieurs reprises au visage de l’un d’eux.

Menaces

Arrivé à Luynes, alors que le détenu multipliait ses menaces de mort – « Je vais te faire maigrir sale porc avec ma kalach » –, le policier qui revenait des toilettes où il avait nettoyé les crachats, a fait demi-tour devant la cellule où avait été placé le détenu, a dégainé son arme et l’a dirigée, bras tendu vers la cellule, le doigt sur le pontet et non pas sur la queue de détente.

Il l’a rengainée très rapidement, toujours sous les insultes du détenu. Un surveillant pénitentiaire avait entendu le policier lancer : « Je lui en mettrais bien deux. » D’autres rapportent les propos du détenu surexcité : « Tu as une arme, tu n’as pas les couilles pour la sortir. »