Maine-et-Loire : Un militaire reconnaît avoir tué sa compagne, elle-même dans l'armée le soir du nouvel an

FEMINICIDE La jeune femme, âgée de 27 ans, a été poignardée à dizaine de reprises

20 Minutes avec AFP
— 
Un véhicule de gendarmerie. (illustration)
Un véhicule de gendarmerie. (illustration) — RAPHAEL BLOCH/SIPA

Le premier féminicide de 2022 est survenu avant l'aube, le 1er janvier. Un militaire a reconnu avoir  tué à coups de couteau sa compagne de 27 ans, également militaire, près de Saumur, dans le Maine-et-Loire, a annoncé dimanche la procureure de la République de Saumur. «Le parquet de Saumur s'est dessaisi de la procédure au profit du pôle criminel du parquet d'Angers, en vue de l'ouverture demain d'une information judiciaire pour  meurtre par concubin et violences aggravées», précise dans un communiqué la procureure Alexandra Verron.

L'homme, âgé de 21 ans a «reconnu, au cours de ses auditions, avoir frappé son frère au visage de plusieurs coups de poing puis avoir donné plusieurs coups de couteau à sa compagne», précise-t-elle. Les faits se sont produits à Chacé dimanche aux alentours de 5 heures du matin et le suspect est toujours en garde à vue pour homicide par concubin. L'autopsie réalisée dimanche a mis en évidence «dix plaies par arme blanche dont trois mortelles au niveau du thorax et des lésions de défense», précise la procureure.

Le frère du mis en cause a par ailleurs déposé plainte pour les violences qu'ils a subies au cours de la nuit et qui ont occasionné une incapacité totale de travail de deux jours, ajoute-t-elle.