Pays-Bas : 1,6 tonne de cocaïne saisie dans le port de Rotterdam

DROGUE La cocaïne était dissimulée dans des cargaisons de bananes, de fèves de cacao et de ciment

20 Minutes avec agences
— 
Des paquets contenant de la cocaïne (illustration).
Des paquets contenant de la cocaïne (illustration). — Shutterstock

Les douanes néerlandaises ont saisi dans le port de Rotterdam plus de 1,6 tonne de  cocaïne, dissimulée dans des cargaisons de bananes, de fèves de cacao et de ciment, a annoncé ce mercredi le parquet. La  drogue, dont la valeur de revente est estimée à 127 millions d’euros (143 millions de dollars), était cachée dans trois conteneurs arrivés dans le plus grand  port d’Europe.

« Le premier conteneur provenait d’Équateur et était chargé de bananes destinées à une entreprise de Barendrecht », à proximité de Rotterdam, ont expliqué les procureurs. « La drogue dans le deuxième conteneur a été trouvée dans un chargement de fèves de cacao, également en provenance d’Équateur, mais qui avait transité par la Colombie et était ensuite arrivé via Anvers », ont-ils précisé. Un troisième conteneur, chargé de ciment à destination du Portugal, contenait cinq sacs de sport remplis de drogue.

68 tonnes de cocaïnes saisies cette année, un record

Les saisies de drogue ont explosé cette année dans le port de Rotterdam, désormais considéré comme l’une des principales portes d’entrée en Europe pour les drogues, en particulier la cocaïne. Les autorités douanières néerlandaises ont déclaré mardi avoir confisqué un record de 68 tonnes de cocaïne cette année, contre 49 tonnes en 2020. L’organisme de l’UE chargé de la lutte contre la criminalité a prévenu que les Pays-Bas et la Belgique voisine étaient en train de devenir des plaques tournantes majeures pour la cocaïne, notamment pour les lots en provenance de Colombie.

La côte de la mer du Nord a désormais « dépassé la péninsule ibérique en tant que principal point d’entrée de la cocaïne en Europe », a souligné Europol dans un rapport paru en septembre. Après le cannabis, la cocaïne est la deuxième drogue la plus populaire en Europe occidentale et centrale, avec un nombre de consommateurs évalué à 4,4 millions au cours de l’année écoulée, selon ce rapport.