Pas-de-Calais : Le père qui a enlevé Hamza, son fils de 12 ans, sera jugé en janvier

JUSTICE Hamza, 12 ans, avait été enlevé sans violence par son père chez l’assistante maternelle avant d’être retrouvé sain et sauf le lendemain après le déclenchement de l’alerte enlèvement

20 Minutes avec AFP
— 
L'alerte enlèvement avait été déclenchée pour retrouver le Hamza (illustration).
L'alerte enlèvement avait été déclenchée pour retrouver le Hamza (illustration). — M.ALLILI/SIPA
  • Un enfant de 12 ans avait été enlevé par son père, vendredi soir à Fouquières-lès-Lens, chez son assistante maternelle.
  • Le déclenchement de l’alerte enlèvement avait permis de retrouver l’enfant sain et sauf dès le lendemain.
  • Le garçon était placé dans le cadre de la séparation conflictuelle de ses parents.

Le père du petit Hamza, qui avait enlevé son garçon de 12 ans chez son assistante maternelle, vendredi à Fouquières-lès-Lens, dans le  Pas-de-Calais, entraînant le déclenchement d’une «  alerte-enlèvement », a été présenté, ce lundi, au procureur de Béthune, a indiqué le parquet.

Le mis en cause s’est « vu notifier une convocation devant le tribunal correctionnel » le 10 janvier du chef de « soustraction d’enfant par ascendant des mains de la personne chargée de sa garde », a précisé le parquet de Béthune dans un communiqué. Sur réquisition du procureur, « le juge des libertés et de la détention a placé l’intéressé sous contrôle judiciaire », a-t-il ajouté.

Retrouvé dès le lendemain matin

L’enfant avait été placé chez une assistante maternelle dans le cadre de la séparation de ses parents, sur décision, le 14 décembre, d’un juge des enfants, considérant « un danger pour la santé, la sécurité ou l’éducation de l’enfant », détaille le parquet.

Une alerte enlèvement avait été déclenchée, samedi matin, par le ministère de l’Intérieur, après que le père, contacté par son fils, s’est présenté vendredi soir chez l’assistante maternelle pour enlever ce dernier, sans violence. L’enfant avait été retrouvé sain et sauf dès samedi matin.

« De l’enquête, il résulte que des tensions sont apparues entre les parents, divorcés, concernant Hamza », indique le parquet, mentionnant des « plaintes réciproques » depuis l’été. En août, le père et son fils « avaient été empêchés par les autorités belges d’embarquer à destination des Émirats arabes unis, où la famille avait vécu par le passé et où le père s’était à nouveau établi », suite à une opposition de la mère à une sortie du territoire.

Début septembre, le père n’avait pas remis l’enfant à sa mère après « son droit de visite et d’hébergement ». « Il avait ensuite entamé un parcours de trois mois d’errance à travers la France avec l’enfant », explique le parquet, qui avait décidé du placement provisoire de Hamza début décembre.

L’enquête entamée suite à l’enlèvement de vendredi a amené la justice à constater « la réitération des faits, au mépris d’une décision de justice » et à envisager des poursuites.