Nanterre : Après l’agression de la procession catholique, les communautés religieuses réagissent

TOLERANCE Elus, citoyens et représentants de communautés religieuses ont condamné les insultes et menaces

20 Minutes avec agence
Une charte de tolérance et de fraternité religieuse avait été signée à Nanterre (Hauts-de-Seine). (Photo d'illustration)
Une charte de tolérance et de fraternité religieuse avait été signée à Nanterre (Hauts-de-Seine). (Photo d'illustration) — KONRAD K./SIPA

Le 8 décembre dernier, des paroissiens ont été verbalement agressés et menacés de mort lors d'une procession catholique célébrant la solennité de l’Immaculée Conception à Nanterre ( Hauts-de-Seine). Les victimes ont reçu des messages de soutien émanant d’élus, de citoyens et de représentants de différentes communautés religieuses, rapporte Le Parisien. « Un acte isolé » a notamment été dénoncé.

Une charte de la fraternité amicale interreligieuse avait été signée à Nanterre le 1er juillet 2021 sur le parvis de la cathédrale Sainte-Geneviève et Saint-Maurice. Cet acte avait pour but de porter la tolérance religieuse et la fraternité qui animent chaque communauté. Il entendait également appuyer les dialogues entre communautés religieuses, organisés le 11 novembre chaque année.

Le recteur de la Grande Mosquée a réagi

Le recteur de la Grande Mosquée Emir-Abdelkader, Hamza Boudjedia, a de son côté déploré « un acte intolérable et inacceptable ». De même, les responsables de la principale mosquée de Nanterre, Ibn Badis, ont évoqué une « agression abjecte ».

Nanterre a par ailleurs été qualifiée de « ville de dialogue » par Erik Habib, président des Amis de la charte de la fraternité.