Cantal : Muré dans le silence, le couple Exbrayat garde le secret sur les raisons de sa disparition

ENQUETE Retrouvés samedi, Yvon et Jennifer Exbrayat ont refusé d’expliquer aux gendarmes pourquoi ils se sont volatilisés à six jours d'intervalle le mois dernier

Thibaut Chevillard
Le couple a été retrouvé par les gendarmes samedi, non loin de leur domicile de Ségur-les-Villas dans le Cantal (illustration)
Le couple a été retrouvé par les gendarmes samedi, non loin de leur domicile de Ségur-les-Villas dans le Cantal (illustration) — Jean-Michel Nossant/SIPA
  • Yvon et Jennifer Exbrayat habitent à Ségur-les-Villas, dans le Cantal, avec leur fille de 13 ans.
  • A la fin du mois de novembre, ils ont disparu l’un et l’autre à six jours d’intervalle, laissant l’adolescente seule.
  • Les époux a été retrouvés samedi par les gendarmes, à quelques kilomètres seulement de leur domicile.Ils ont refusé d’expliquer les raisons de leur disparition.

Leur disparition n’aura duré que quelques jours. Mais le mystère qui l’entoure reste entier. Pourquoi Yvon et Jennifer Exbrayat se sont-ils volatilisés à six jours d'intervalle à la mi-novembre, laissant seule leur fille de 13 ans ? Domiciliés à Ségur-les-Villas, un petit village de 200 âmes niché dans le Cantal, cet homme de 51 ans et son épouse de 35 ans ont été retrouvés fortuitement samedi matin. Mais ils ont, depuis, « refusé d’être entendus par les enquêteurs », indique à 20 Minutes le procureur de la République, Paolo Giambiasi. Leurs motivations restent, à ce stade des investigations, une énigme que les gendarmes tentent de résoudre.

Samedi matin, des voisins ont alerté la gendarmerie après avoir constaté du mouvement dans le chalet du couple. Dans le garage, les militaires constatent l’absence d’une motoneige leur appartenant. Les traces laissées par l’engin les conduisent jusqu’à Vernols, où ils découvrent Yvon et Jennifer dans le camion utilisé par l’exploitant forestier lors de sa disparition. Tous deux étaient en bonne santé. Pour quelle raison ont-ils décidé de prendre la fuite ensemble sans prévenir personne et en laissant seule leur fille ? L’adolescente a été placée dans une maison d’enfants et est suivie par les services sociaux depuis la disparition de ses parents.

Plusieurs pistes étudiées

Yvon est le premier à avoir étrangement disparu. Le 17 novembre, après s’être disputé avec son épouse, le père de famille quitte leur domicile au volant de son camion et ne réapparaît pas. Trois jours plus tard, Jennifer se décide à prévenir les gendarmes de cette inquiétante absence. Une enquête est ouverte et des investigations réalisées afin de le localiser. Mais le 23 novembre, l’épouse s’évanouit à son tour dans la nature. C’est la fille du couple, âgée de 13 ans, qui a donné l’alerte en rentrant de l’école, après avoir constaté l’absence de sa mère, qui a laissé son téléphone portable. La veille, Jennifer avait modifié sa photo Facebook en indiquant qu’elle « retourner[a] ciel et terre pour retrouver » son mari.

Murés dans le silence, Yvon et Jennifer sont les seuls à connaître la vérité sur cette cavale qui a duré près d’un mois. Les enquêteurs de la brigade de recherches de Saint-Flour étudient plusieurs pistes. Yvon a-t-il envisagé de mettre fin à ses jours ? Le père de famille avait en effet, « dans le cadre d’une autre affaire, fait l’objet d’une expertise psychiatrique ayant notamment mis en évidence une tendance suicidaire », souligne Paolo Giambiasi.

« Le dossier est loin d’être clôturé »

Autre question sans réponse : Pourquoi le couple est-il retourné chercher une motoneige dans ce chalet en bois qu’Yvon a construit de ses propres mains sur les hauteurs du village ? Projetaient-ils de se couper ensemble de la société et de leur famille ?

Dans le village, le couple a mauvaise réputation, comme le confiait récemment au Parisien le maire de la commune, Gilles Amat. On le soupçonne notamment d’avoir abandonné un autre enfant qui a été placé, il y a plusieurs mois, sur décision du juge des enfants. « Le dossier est loin d’être clôturé, il faudra bien les entendre car nous n’avons pas encore fait toute la lumière sur cette affaire », nous confie une source proche du dossier.