Nord : Les salons de massages étaient en fait des maisons closes

ENQUÊTE Un couple, propriétaire de salons de massages dans plusieurs communes du Nord, a été interpellé pour des soupçons de proxénétisme aggravé

Mikaël Libert
— 
Illustration d'une prostituée.
Illustration d'une prostituée. — F. Scheiber / 20 Minutes

Massages particuliers. Il y a une semaine, un couple de tourquennois a été interpellé dans le cadre d’une enquête du groupe proxénétisme de la sûreté urbaine de Lille. Ils sont soupçonnés d’avoir transformé leurs trois salons de massages en maisons closes a-t-on appris, ce mardi, auprès des services de la procureure de Lille.

L’enquête a été ouverte en octobre dernier par le parquet de Lille après que plusieurs « témoignages concordants » ont été reçus par les services de police. Dans le viseur du groupe proxénétisme, chargé des investigations, trois salons de massages situés dans les communes de Lille, Marcq-en-Barœul et Capinghem.

Ils recrutaient et exploitaient eux-mêmes des jeunes femmes

Ce sont notamment les surveillances mises en place autour de ces établissements qui ont permis aux policiers d’établir que des relations sexuelles tarifées étaient proposées aux clients. Les enquêteurs ont aussi déterminé que c’était le couple de propriétaires qui se chargeait du recrutement de jeunes femmes, de leur exploitation et qui encaissait leurs gains. A ce stade, neuf jeunes filles ont pu être entendues.

Les deux mis en cause, âgés d’une quarantaine d’années, ont été interpellés à leur domicile de Tourcoing, mardi dernier. A l’issue de la garde à vue, le couple a été placé en détention provisoire dans l’attente de son procès pour proxénétisme aggravé, prévu le 20 janvier prochain.