Saint-Etienne : Trois mineurs interpellés après l'incendie de quatre voitures de police devant le commissariat de Firminy

ENQUETE Quatre véhicules de police viennent d'être brûlés depuis la nuit de samedi à dimanche, à Firminy (Loire)

J.Lau. avec AFP
— 
Photo d'illustration d'un véhicule de police incendié, ici en 2016 à Paris.
Photo d'illustration d'un véhicule de police incendié, ici en 2016 à Paris. — Tristan Reynaud/SIPA

Quatre véhicules de police viennent d’être incendiés en l’espace de 48 heures, depuis la nuit de samedi à dimanche, devant le commissariat de Firminy (Loire). Trois mineurs, dont une jeune fille, ont été placés en garde à vue ce mardi après ces délits, a-t-on appris de source judiciaire. Ces trois adolescents « ont été interpellés dans la rue en fin de nuit [de lundi à mardi], à la suite d’un nouvel incendie volontaire », dans lequel deux véhicules administratifs ont été détruits par les flammes, explique le procureur de la République de Saint-Etienne, David Charmatz.

Vers 4h50 ce mardi, les pompiers ont été alertés d’un feu embrasant une voiture de police sérigraphiée, qui s’est propagé à une seconde voiture banalisée. Elles étaient toutes les deux stationnées devant le commissariat de cette ville de la vallée de l’Ondaine. Dimanche matin, deux petits utilitaires du commissariat avaient déjà été détruits après que l’un eût été visé par un engin incendiaire.



Une réaction des trafiquants de stupéfiants ?

Des représentants de syndicats de police estiment qu’il pourrait s’agir d’une réaction de trafiquants de stupéfiants liée à une présence accrue de forces de l’ordre sur le terrain. Pour Fabrice Galatioto, secrétaire de SGP-Police dans la Loire, « le déploiement depuis quelques semaines d’une brigade spécialisée de terrain (BST) dans l’Ondaine dérange les trafiquants de stupéfiants ».

La préfète de la Loire, Catherine Séguin, s’est rendue sur place ce mardi matin, avec la directrice de cabinet de la préfecture et le directeur départemental de la sécurité publique de la Loire, pour apporter son soutien aux policiers de ce commissariat de la métropole stéphanoise, ajoute la préfecture. À la suite de l’incendie de deux premiers véhicules de police, le parquet de Saint-Etienne avait ouvert dimanche une enquête pour « destruction volontaire par moyen dangereux de biens d’utilité publique ».