Villeurbanne : Un jeune homme « sous le choc » après avoir été interpellé par erreur par la police dans son lit

MEPRISE Un Villeurbannais de 22 ans et sa compagne ont subi une sacrée mésaventure, mardi matin, en étant réveillés par les forces de l’ordre, qui ont défoncé la porte d’entrée de l’appartement

J.Lau.
— 
Photo d'illustration de policiers.
Photo d'illustration de policiers. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

La loi des séries a frappé de manière improbable Naël. Lundi soir, ce Villeurbannais de 22 ans a été victime d’un accident de la circulation sur le périphérique. Blessé sans gravité, celui-ci a passé une partie de la nuit aux urgences. Comme le révèle Le Progrès, son appel au 17, pour prévenir de la collision, a eté effectué en même temps que celui d’un individu annonçant à la police « qu’il avait une bombe et qu’il comptait la faire péter à Lyon ». Une confusion entre les deux appels aurait été commise, et le jeune homme a eu la regrettable surprise de voir débarquer les forces de l’ordre, mardi vers 10 heures dans son studio.

D’après son témoignage, « au moins sept policiers » ont défoncé la porte d’entrée au bélier, alors qu’il était encore au lit avec sa compagne. « Au premier boum, j’ai cru à un cambriolage, confie-t-il au Progrès. Puis j’ai entendu "police". C’était comme dans un film. Ils ont braqué une arme sur moi, ils m’ont menotté, sans me laisser le temps de m’habiller. Ils m’ont mis une serviette pour cacher mes parties intimes. »

La victime a consulté une psychologue après cette mésaventure

Placé en garde à vue puis relâché vers 14 heures, Naël regrette que les policiers n’aient « pas avoué qu’ils avaient fait une erreur ». « Les différentes investigations et opérations menées par les enquêteurs, à l’endroit de cette personne, ont finalement permis d’exonérer ce dernier », précise la direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

« Sous le choc » depuis cette interpellation, Naël a consulté une psychologue. « Les services de police vont l’accompagner dans la prise en charge de l’indemnisation de son préjudice », assure par ailleurs la DDSP du Rhône, alors que le couple victime de cette mésaventure aurait besoin de plus de 2.000 euros de dédommagement pour faire réparer la porte de l’appartement.