Pas-de-Calais : Alerte maximale pour un énorme navire beaucoup trop proche des côtes

MER Le plan Orsec 3 maritime a été déclenché, samedi, lorsque la météo a fait dévier la route d’un vraquier qui s’est retrouvé trop proche des côtes normandes. L'alerte avait déjà été lancée vendredi au large des côtes du Pas-de-Calais

Mikaël Libert
— 
Plan Orsec 3 maritime déclenché pour le vraquier TBC Progress.
Plan Orsec 3 maritime déclenché pour le vraquier TBC Progress. — Marine nationale
  • Deux fois en deux jours la préfecture maritime de la Mer du Nord a déclenché l’alerte maximale.
  • Vendredi, un porte-containers en panne moteur menaçait les côtes au niveau du cap Gris nez.
  • Samedi, un vraquier devait faire face à de très difficiles conditions météo au large du cap de la Hague.

Alerte maximale en Mer du Nord. Les services de la préfecture maritime ont eu un début de week-end chargé avec deux imposants navires de commerce en difficulté et menaçant les côtes françaises. Les deux situations ont nécessité le déclenchement du niveau 3, soit le plus élevé, du plan Orsec maritime.

La première alerte est tombée, vendredi matin. Le porte container en avarie moteur s’approchait dangereusement des côtes françaises, au niveau du cap Gris nez. Au vu de la situation, la préfecture maritime a déclenché le plan Orsec 3 et le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage du Gris nez (Cross) a engagé un remorqueur et un hélicoptère de la Marine nationale pour une éventuelle opération de sauvetage. Finalement l’équipage du navire a pu remettre les moteurs en route et le porte containers a repris une route normale.

Des creux de 8 m et des rafales de 135 km/h

Nouvelle alerte samedi un peu plus au sud. Cette fois, c’est le Cross Jobourg qui a été directement contacté par un vraquier en difficulté au large du cap de la Hague. Selon la ministre de la Mer, Annick Girardin, le navire a subi un incident technique alors qu’il doit déjà affronter des conditions météo très dégradées, avec des creux de 8 m et des rafales de 135 km/h. Un concours de circonstances qui pousse dangereusement le vraquier vers les côtes.

Nouveau déclenchement du plan Orsec 3. Une équipe de remorquage a été treuillée préventivement à bord du navire. Mais la situation ne s’est pas améliorée et le vraquier continuait de s’approcher des côtes. Un remorqueur de service public a été envoyé pour remettre le vraquier sur le bon chemin, permettant au navire de commerce de passer le cap de la Hague en fin de matinée.