Ultradroite : Deux militants appelant à des « actions violentes » interpellés dans le Sud-Ouest

ENQUETE Le parquet national antiterroriste avait ouvert une enquête en octobre dernier

T.C.
— 
Un logo de la DGSI (illustration)
Un logo de la DGSI (illustration) — Romain GAILLARD-POOL/SIPA

Deux militants de la mouvance d’ultradroite qui appelaient à des « actions violentes » ont été interpellés ce mardi par la DGSI. Les arrestations ont eu lieu à Montauban dans le Tarn-et-Garonne et en Gironde, apprend 20 Minutes de sources proches du dossier. Ces deux hommes, âgés de 46 et 60 ans, sont actuellement en garde à vue.

Le parquet national antiterroriste avait ouvert une enquête en octobre dernier pour « association de malfaiteurs terroriste et provocation directe par un moyen de communication en ligne à un acte de terrorisme ». « Cela fait à la suite de la diffusion, notamment sur des messageries, de propagandes racistes, antisémites, et appelant à la réalisation d’actions violentes », nous indique une source judiciaire.

Deux hommes adeptes du survivalisme

Lors des perquisitions menées, de nombreuses armes de toutes sortes et du matériel entrant dans la composition d’explosifs ont été découverts. L’enquête doit permettre de déterminer dans quel but ces armes ont été acquises et stockées par les suspects. Selon nos informations, les deux hommes sont des adeptes du survivalisme et adhèrent à la tendance accélérationniste qui vise à provoquer ou encourager des affrontements entre communautés.

L’homme interpellé à Montauban est un employé municipal de cette ville âgé de 46 ans, selon la source judiciaire, confirmant une information de La Dépêche du Midi. Les deux suspect n’ont, selon une source proche du dossier, pas de lien avec Rémy Daillet, une figure de l’ultradroite incarcérée dans l’affaire de l’enlèvement au printemps dernier de la petite Mia et, le mois dernier, pour des projets d’attentats.