Isère : Un homme ivre roule à contresens sur l'A7 avec une voiture volée, pas d’accident « par miracle »

DANGER De nombreux automobilistes ont connu une grande frayeur, dans la nuit de vendredi à samedi sur l’autoroute A7, jusqu’à l’immobilisation d'un chauffard à hauteur de Saint-Prim (Isère)

J.Lau.
— 
Photo d'illustration d'un contrôle de gendarmerie.
Photo d'illustration d'un contrôle de gendarmerie. — SYSPEO/SIPA

Les gendarmes ont dû tenter de former un bouchon pour stopper un chauffard extrêmement dangereux, dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 novembre sur l’autoroute A7. Comme l’indique Le Progrès, ce véhicule roulait en effet à contresens, au niveau de Chasse-sur-Rhône (Isère), et en direction de Marseille. Des CRS se sont vite mis à sa poursuite, tout comme les gendarmes de Chanas, qui ont voulu éviter le pire en créant donc ce ralentissement sur l'A7 pour intercepter ce fou du volant.

« L’information a été relayée sur la station radio 107.7, tout comme sur les panneaux à message variable, ce qui a permis d’alerter de nombreux chauffeurs routiers qui ont participé à former le bouchon avec nos gendarmes », souligne le lieutenant Hadrien Mathivat, commandant du peloton motorisé de Chanas.

Des automobilistes ont déposé plainte pour le choc psychologique subi

C’est à hauteur de Saint-Prim (Isère) que le chauffard de 26 ans a fini sa course-poursuite, marquée par le passage d’un péage autoroutier à contresens, en étant bloqué par les gendarmes. « Par miracle, aucun accident n’est à déplorer », raconte la gendarmerie. Le jeune homme interpellé et placé en garde à vue s’est avéré être sous l’emprise de l’alcool (plus d’1,30 g), au volant d’une Audi A3 volée une heure plus tôt dans sa commune de Saint-Maurice-l’Exil (Isère).

Des automobilistes ont déposé plainte pour le choc psychologique subi et le suspect a été remis en liberté à l’issue de sa garde à vue, avec une convocation pour une audience en mars 2022 au tribunal judiciaire de Vienne.