Menton : Un jeune migrant électrisé sur le toit d’un TER, en tentant a priori d’échapper à un contrôle

ACCIDENT Transporté en état d’urgence absolue au CHU de Nice, il a depuis été transféré au service des grands brûlés de Marseille

F.B.
— 
Des migrants interpellés en gare de Menton-Garavan, dans les Alpes-Maritimes, en novembre 2014 (Archives)
Des migrants interpellés en gare de Menton-Garavan, dans les Alpes-Maritimes, en novembre 2014 (Archives) — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

L’association Roya Citoyenne a d’abord relayé l’information, citant un média transalpin. Le procureur de la République de Nice l’a confirmée ce mardi à 20 Minutes : vendredi, en début d’après-midi, un jeune migrant a été électrisé et grièvement blessé en grimpant sur le toit d’un TER en gare de Menton-Garavan, la première de France juste après la frontière avec l’Italie.

Âgé de 19 ans, selon la justice, et originaire de Guinée, il a lourdement chuté après avoir été brûlé au contact de la caténaire ou des câbles d’alimentation du train. Transporté en état d’urgence absolue au CHU de Nice, il a depuis été transféré au service des grands brûlés de Marseille.

Un précédent en 2018

Le jeune homme aurait escaladé la rame lorsqu’elle était à quai pour tenter de fuir face à la police. « On imagine que c’est pour échapper au contrôle », explique le procureur Xavier Bonhomme. Une enquête est ouverte.

En janvier 2018, le corps d’un migrant avait déjà été retrouvé brûlé sur un TER circulant à Menton. En mai 2017, la SNCF avait déjà dénombré quatre autres morts et deux blessés entre Vintimille et Cannes depuis le début de cette année-là.