Le Havre : Le faux nom communiqué dans sa contestation de PV avait déjà été utilisé 14.000 fois

BOUC EMISSAIRE Après avoir commis plusieurs petits excès de vitesse, le Normand risquait la perte de son permis de conduire

20 Minutes avec agence
— 
Le Havrais a menti et indiqué qu'une autre personne était au volet lors de l'excès de vitesse verbalisé.
Le Havrais a menti et indiqué qu'une autre personne était au volet lors de l'excès de vitesse verbalisé. — J.-S. Evrard / Sipa

Un habitant du Havre (Seine-Maritime) verbalisé pour excès de vitesse a contesté le PV en affirmant qu’il n’était pas au volant lors de l’infraction, ce qui est faux. L’automobiliste espérait ainsi échapper à une perte de points sur son permis de conduire. Pour désigner le conducteur fautif imaginaire, le Normand a utilisé une identité dénichée sur Snapchat, raconte 76 Actu. Mais elle avait déjà abondamment servi.

Le nom d’Issam Mhiaoui figure déjà dans 14.000 contestations officielles. Il est offert sur le réseau social à tout contrevenant au Code de la route prêt à payer 45 euros pour un bouc émissaire. L’individu qui le propose promet aux utilisateurs de gérer l’ensemble de leur démarche moyennant ce paiement.

Des délits supplémentaires

Outre son excès de vitesse, le Havrais est désormais poursuivi pour « délit de dénonciation calomnieuse » et « fourniture de renseignements inexacts ou erronés sur le conducteur d’un véhicule en infraction ». Il a engagé un avocat qui le représentera notamment devant le tribunal de police du Havre le 10 novembre prochain.

Sur Facebook, le juriste a vivement déconseillé le recours à la ruse choisie par son client. Il a néanmoins expliqué comprendre l’automobiliste. « Je ne dis pas que c’est bien mais cela pousse les automobilistes à frauder », a-t-il commenté au sujet des radars automatiques et de la verbalisation des petits excès de vitesse.